Manifestation des Gilets jaunes à Bruxelles : après des affrontements, la situation se calme dans le centre

Près de 500 “gilets jaunes” se sont rassemblés, vendredi, entre le carrefour Arts-Loi et le carrefour au milieu de la rue Belliard et de la rue Lambermont à Bruxelles. En riposte aux jets de projectiles de quelques dizaines de casseurs, la police a activé les auto-pompes. La majorité des Gilets jaunes sont plutôt restés en retrait face à ces violences. Vers 16h00, la situation est plus calme.

Les gilets jaunes étaient surtout mobilisés aux carrefours Trône et Arts-Loi, sur la petite ceinture, depuis 10h30, avant de se regrouper à hauteur de la rue Belliard. De nombreux embarras de circulation étaient à signaler dans le secteur Vers 15h00, la police a conseillé aux automobilistes d’éviter de se rendre sur la Petite ceinture ainsi que dans le secteur boulevard Pachéco-Botanique.

Beaucoup de manifestants ont fait le déplacement depuis la Wallonie. “On est ici pour faire comprendre au gouvernement que nous on a rien pendant qu’eux ils ont tout”, a défendu un manifestant de Braine-l’Alleud, père de 4 enfants. “Les politiciens gagnent des 6.000 euros net par mois et nous des 800 par mois, sans compter le prix de l’essence, les taxes… Nous, avec 1.200 euros, on doit élever des enfants, payer un loyer, payer des factures… C’est de l’esclavagisme. (…) Pendant que eux vivent comme des princes, nous on vit comme des chiens”.

Lire aussi : Le journaliste français Rémy Buisine (Brut) arrêté par la police en plein direct sur les gilets jaunes

“Des personnes ont bloqué la circulation et des casseurs ont caillassé”, commente un participant venu de Liège. Il motive sa venue à Bruxelles en expliquant que “la vie est trop chère et on gagne de moins en moins. Les salaires ne sont pas indexés. Est-ce que la population va devoir recommencer et en venir aux mains ou est-ce que Charles Michel va comprendre que le citoyen n’est pas content ? S’il n’agit pas, le mouvement ne va faire que grossir. C’est à lui de voir s’il prend ses responsabilités.”

La grande majorité des manifestants n’ont d’ailleurs pas affronté la police et sont restés en retrait par rapport aux casseurs.

Lors des affrontements à Trône et Arts-Loi, des boules de billard ont notamment été lancées contre les policiers. Les manifestants ont aussi utilisé des fumigènes et des pétards. Dans la matinée, une soixante de personnes avaient déjà été arrêtées aux abords de la gare du Midi, près de la zone neutre et à la gare centrale. Elles concernent des perturbations de l’ordre public, des dégradations ou la possession d’objets dangereux comme des fumigènes.

Deux voitures de police ont également été retournées à hauteur du carrefour Arts-Loi et brûlées par des casseurs.

Contestations

Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Ixelles avance que les policiers n’ont fait que riposter aux manifestants, mais certains participants attribuent l’origine des troubles à la police : “Il n’y avait aucun débordement quand ils ont fait intervenir les auto-pompes”, estime un des manifestants. “C’est un carnage. Je suis d’accord avec les casseurs, car c’est la police qui a commencé. La police a commencé à taper rue de la Loi alors qu’il n’y avait pas non plus de débordement. (…) Ils se permettent de gazer des femmes et des enfants, alors que ce sont les citoyens qui les paient”.

Les violences à l’égard de la police “qui fait chaque jour de son mieux pour protéger les citoyens et la société sont incompréhensibles”, a estimé de son côté le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon (N-VA), après plusieurs incidents lors d’une action du mouvement des “gilets jaunes” à Bruxelles. “C’est scandaleux”, a-t-il ajouté sur Twitter.

Le Premier ministre Charles Michel a lui fait part sur Twitter de tout son soutien aux forces de police, après les incidents survenus lors d’une manifestation des “gilets jaunes” à Bruxelles. “Pas d’impunité pour les violences inadmissibles. Les casseurs et les pilleurs devront être sanctionnés”, a affirmé le chef du gouvernement fédéral sur le réseau social.

Selon nos informations, près de 500 personnes se sont rassemblées vers 11h00 au carrefour Arts-Loi. La manifestation est toutefois restée calme malgré quelques quolibets à l’adresse de la presse et du gouvernement. Vers 11h30, les manifestants ont commencé à s’éparpiller et à se diriger vers la Gare Centrale, la place du Trône et vers le Cinquantenaire.

Les premières vidéos et informations de la manifestation des Gilets jaunes.

Les stations de métro Arts-Loi et Parc rouvrent

Bruxelles Mobilité informe que des perturbations restent toutefois possibles sur la Petite ceinture et dans le quartier européen.

La Stib confirme pour sa part que les trams 92 et 93 roulent depuis 16h50 entre Botanique et Louise. Fermées durant plusieurs heures, les stations de métro Parc et Arts-Loi ont également rouvert vers 16h00.

Gr.I. avec Belga – Photos : Belga/Eric Lalmand et Michel Geyer

Partager l'article

30 novembre 2018 - 16h30