Défi souhaite l’instauration d’un “traité de Rome” pour les énergies renouvelables

La proposition était évoquée ce lundi midi dans l’Interview par Jonathan De Lathouwer troisième sur la liste DéFI à la Chambre à Bruxelles.

Défi souhaite “un traité de Rome” du renouvelable, indique ce lundi le parti amarante. “Alors que la Belgique s’est récemment fait remarquer par son manque d’ambition sur le climat au niveau européen, DéFI entend faire de notre pays la cheville ouvrière de ce futur marché européen de l’énergie renouvelable. Défi estime que, s’agissant des énergies renouvelables, la Belgique peut et doit faire la différence sur les plans européen et global. En marge de ses propres ressources naturelles, qui sont par définition limitées, l’atout de la Belgique réside dans son réseau diplomatique, son rôle de pionnier européen et sa position géographique centrale“, argumente le parti.

Et de poursuivre: “Nos pays ont des topographies et des sources d’énergie variées, à différents moments de la journée et de l’année. Plus on souhaite augmenter la part de renouvelable dans la consommation énergétique, plus il convient de régler les problèmes d’intermittence et de faire coïncider dans le temps l’offre et la demande d’énergie. Or, les nouvelles technologies en développement, telles les lignes haute tension en courant continu, permettent de transporter l’électricité sur des grandes distances (avec seulement 3% de perte sur 1.000 km). Cela permet d’envisager des partenariats d’un type nouveau.

La proposition était d’ailleurs évoquée ce lundi midi dans l’Interview par Jonathan De Lathouwer troisième sur la liste DéFI à la Chambre à Bruxelles.

Rédaction

Partager l'article

01 avril 2019 - 17h38