Découvrez   

Alain Maron : “Nous avons quasiment triplé le nombre de tests en Région bruxelloise depuis ce week-end”

Le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo) était l’invité de Fabrice Grosfilley dans Toujours + d’Actu, ce mardi midi, sur BX1+.

Interrogé sur le lancement de la campagne de vaccination de masse, ce mardi, Alain Maron confirme qu’il n’y a pas de retard prévu. “Nous vaccinons aussi vite que nous recevons les doses de vaccins. C’est la réalité d’aujourd’hui et ce sera également la réalité dans les semaines et les mois qui viennent“, explique-t-il, évacuant les critiques d’hommes et femmes politiques qui s’interrogent sur le retard de la Belgique par rapport à d’autres pays en termes de vaccination. “Nous voulons vacciner le plus de personnes possible dans le temps le plus réduit possible”.

Une quarantaine de spécialistes du milieu médical ont appelé ce mardi le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a) à revoir la stratégie de vaccination afin d’y inclure le personnel soignant au plus vite. “Dès que possible, et dans la foulée, le personnel de soins dans les hôpitaux sera vacciné”, confirme pour sa part Alain Maron sur BX1+. “Ce sera certainement en février ou début du mois de mars, selon les livraisons des firmes pharmaceutiques qui fournissent les vaccins”.

Lire aussi : La campagne de vaccination contre le Covid-19 accélère ce mardi : voici à quoi s’attendre

“Près de 5 000 tests par jour”

Si le nombre de tests a été réduit durant les vacances scolaires d’hiver, Alain Maron indique que les centres régionaux accueillent de plus en plus de personnes suite aux retours de voyages. “Il y a eu un triplement du nombre de tests sur la Région bruxelloise depuis ce week-end”, explique-t-il. “Sept centres régionaux de tests sont disponibles, et il y a également celui de la gare de Bruxelles-Midi qui a été ouvert en prime suite à ces retours. Les gens se font tester, cela se confirme. Actuellement, près de 5 000 tests sont réalisés chaque jour dans les centres régionaux, et c’est sans compter les tests effectués dans les laboratoires privés”

Contrôle par téléphone ou sur place

En cas de retour d’une zone rouge, une quarantaine est obligatoire, de même en cas de test positif au Covid-19. Mais comment les autorités régionales contrôlent-elles ces quarantaines ? “Nous avons des dizaines de personnes qui sont dans des call-center pour appeler les personnes qui sont censées être en quarantaine. 250 équivalents temps plein font cela tous les jours. Et 44 agents de terrain viennent en complément pour contrôler et aider les gens par rapport à cette quarantaine”.

“Nous pouvons délivrer des amendes si des personnes ne respectent pas la quarantaine, et des agents de la Cocom peuvent appeler la police s’ils sont témoins d’un non-respect de quarantaine”, confirme-t-il encore.

Gr.I. – Photo : capture BX1

Partager l'article

05 janvier 2021 - 14h51
Modifié le 06 janvier 2021 - 10h42