Le gouvernement bruxellois abandonne l’idée de plafonner l’indexation des loyers

Le gouvernement bruxellois n’a pas trouvé de consensus pour plafonner l’indexation des loyers à 2%, selon les informations recueillies par Belga.

Après deux semaines de discussions, le ministre Clerfayt a indiqué que DéFi s’opposait à la proposition de loi avancée par la secrétaire d’État au logement Nawal Ben Hamou (PS). L’ambition était de réduire l’impact de la hausse des prix du gaz et de l’électricité sur les ménages.

Dans un contexte “extrêmement difficile” pour les loyers, Ben Hamou a regrété que le gouvernement n’ait pas trouvé de consensus : “L’indexation inédite des loyers devrait dépasser les 6% cette année. Combinée à une augmentation importante de la facture énergétique, elle entraînera des difficultés importantes pour les locataires bruxellois. C’est au regard de ce contexte exceptionnel que j’ai déposé une proposition pour limiter l’indexation des loyers. Cette proposition était modulable, tant dans la durée que dans son ampleur, différents seuils et méthodes de calcul ayant été proposés

Le groupe DéFi s’était d’emblée opposée à la mesure proposée par le PS. Son chef, Emmanuel de Bock, s’était déjà exprimé sur la question il y a trois semaines en affirmant que “S’il n’y a pas de mesure équivalente en faveur des bailleurs sur les taxes et le précompte immobilier, cela ne sert à rien de venir avec ce genre de propositions“. Il estime que cette mesure peut fragiliser les locataires, car les propriétaires seraient encouragés à conclure des baux d’un an renégociés chaque année, afin d’y intégrer l’inflation.

La rédaction avec Belga

Partager l'article

17 février 2022 - 17h10
Modifié le 18 février 2022 - 07h31