Face à la 4e vague, les soignants devront-ils annuler des congés annuels ?

INFO BX1 | Le CHU Brugmann évoque la possibilité de devoir postposer certains congés.

Alors que les soignants restent sur le pont face à l’étau de quatrième vague de coronavirus, et que les hôpitaux font face à une pénurie de plus en plus prégnante de bras, notamment aux soins intensifs, certaines directions prennent désormais des décisions compliquées pour assurer la continuité des services essentiels aux patients.

► Reportage | Le CHU Brugmann ouvre une nouvelle unité Covid de 21 lits (24/11/2021)

Ainsi, au CHU Brugmann, le personnel a reçu une vidéo évoquant la possibilité de devoir annuler des congés annuels, face à la tension hospitalière actuelle, a appris ce samedi matin notre rédaction. Une information confirmée par la direction du centre hospitalier : “La direction médicale et moi-même avons envoyé hier après-midi cette vidéo, à l’ensemble de nos collaborateurs. Elle expliquait les mesures en place suite aux nouvelles directives de ce mercredi, et il était mentionné qu’on pourrait demander à certains collaborateurs de postposer leurs congés annuels, suite à l’importante pénurie“, nous explique Caroline Franckx, directrice générale du CHU Brugmann, “Il s’agit donc d’une mesure qui pourrait se rajouter, dans une recherche d’un équilibre, et qui sera appréciée au cas par cas. Elle ne s’applique donc pas pour l’instant“.

► Article | Les hôpitaux doivent reporter de deux semaines tous les soins non-urgents (01/12/2021)

La direction s’est également formellement engagée, au cas où des congés devraient être annulés, qu’ils ne seraient pas perdus. Et nous avons privilégié ce format de vidéo car ces mesures ne sont pas anodines“, ajoute-t-elle également.

La pénurie bien présente dans les hôpitaux bruxellois

C’est que les hôpitaux, y compris ceux de la capitale, font face à une importante pénurie de soignants.

Aujourd’hui, on a un taux d’absentéisme vraiment important, de l’ordre de 20 à 30% au CHU Brugmann. De semaine en semaine, on regarde le staffing, et il y a des gens absents, malades, en quarantaine, ou épuisés par cette quatrième vague qu’ils vivent. Ce sont des conséquences auxquelles nous devont faire face“, explique Caroline Franckx.

► En Immersion | La pénurie de soignants, évoquée dans notre reportage “Soins intensifs : super-héros en blouse blanche” (26/11/2021)

 

ArBr – Photo : Belga (illustration)

Partager l'article

04 décembre 2021 - 13h49
Modifié le 04 décembre 2021 - 13h49