Le gouvernement bruxellois n’a rien entrepris pour attirer le secteur de l’e-sport, selon le MR David Weytsman

Le député de l’opposition MR, David Weytsman, a peu goûté à l’expression publique de satisfaction du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, à l’annonce de l’association européenne de l’e-sport, d’installer son siège à Bruxelles.

Je trouve la réaction du ministre-président plutôt de mauvais goût dans la mesure où il ne fait rien pour attirer ce secteur d’activité, pour le soutenir et pour l’encadrer“, a commenté jeudi l’élu libéral.

Le secteur de l’e-sport vient de choisir Bruxelles pour établir le siège de sa fédération européenne. Le ministre-président Rudi Vervoort (PS), s’est dit ravi d’accueillir cette “association innovante dont la raison d’être parle à la jeunesse européenne“. Celle-ci rejoint les 2.250 associations déjà présentes à Bruxelles, confortant la Région centrale du pays dans son statut de capitale mondiale des associations internationales, a-t-il ajouté.

L’e-sport désigne l’ensemble des pratiques permettant à des joueurs de confronter leur niveau par le biais d’un ordinateur ou d’une console de jeux vidéo. Il est devenu un acteur économique majeur au cours des dernières années. Selon David Weytsman, rien n’a cependant été prévu dans la déclaration de politique générale du gouvernement Vervoort à propos précisément de ce secteur qui génère un revenu annuel de 270 millions d’euros et alors que près d’1,1 million de Belges pratiquent les jeux vidéos (plus de 4 millions si l’on inclut les appareils mobiles). L’élu MR a souligné qu’il avait interpellé en vain, à plusieurs reprises, le gouvernement bruxellois durant et depuis la législature précédente, et déposé deux propositions de résolutions visant à soutenir ce secteur. Il souhaite à la fois des mesures visant à mieux permettre à Bruxelles de bénéficier des retombées économiques positives de la pratique récréative, mais aussi de haut niveau de l’esport. Il souhaite un encadrement de cette pratique pour permettre son développement dans de bonnes conditions. A ses yeux, cela passe entre autres par la protection des joueurs, en particulier des mineurs d’âge; par une réglementation fiscale, le statut des gains de compétitions gagnant à être précisé; et à moyen terme, par des dispositions en matière de sécurité des compétitions.

David Weytsman a par ailleurs adressé une série de demandes au gouvernement bruxellois (étude de retombées du secteur; développement de formations; accompagnement des entreprises actives; mise en place d’un cadre fiscal, …) et à celui de la Commission communautaire française (essentiellement des actions de sensibilisation, aménagement d’un cursus scolaire).

Belga 

Partager l'article

05 décembre 2019 - 18h49