La Ville de Bruxelles féminise les noms de ses rues

Les noms des rues se féminisent à la Ville de Bruxelles. Dans le cadre d’un nouveau projet de développement urbain, trois nouvelles rues vont voir le jour à la frontière de Jette et Laeken, à l’initiative de l’échevine de l’Urbanisme Ans Persoons (Change.Brussels), qui est en charge de la dénomination des voiries.

La commune a voulu mettre à l’honneur des femmes au parcours impressionnant et c’est ainsi que l’avocate des droits des femmes Eliane Vogel-Polsky aura une rue à son nom. La Ville de Bruxelles a lancé en début d’année une réflexion à propos des noms de ses rues et un appel aux Bruxellois.es, avec le hashtag #meervrouwopstraat («plus de femmes en rue»), pour trouver des récits de femmes héroïques qui méritent d’avoir leur nom dans l’espace public.

“Le choix de donner une place dans l’espace public à Eliane Vogel-Polsky a été rapide. Sa rue nous rappelle la lutte pour des droits que nous considérons comme évidents aujourd’hui, mais elle nous rappelle aussi que cette lutte n’est pas encore gagnée, explique Ans Persoons. Eliane Vogel-Polsky a été choisie pour donner son nom à une rue située à côté de la rue de l’Émancipation et de la rue de l’Égalité des Droits. Sur le territoire de Ville de Bruxelles, on compte 85% de noms de voiries masculins contre 15% de noms féminins.

Eliane Vogel-Polsky, avocate des droits des femmes et mère de l’Europe sociale

Née à Gand en 1926, Eliane Vogel-Polsky s’installe très jeune à Bruxelles et effectue sa scolarité au Lycée Émile Jacqmain. Diplômée en 1950 de la Faculté de Droits de l’ULB, elle mènera son combat dans le droit social et le droit européen. Dans les années 1960, la question des inégalités entre hommes et femmes dans le milieu professionnel la pousse à réaliser plusieurs enquêtes de terrain. Elle y décrit un «véritable refus de la société d’intégrer les filles dans un processus d’éducation et de formation identiques à celui des garçons et de leur ouvrir les mêmes possibilités de choix professionnel». Elle voudrait aider ces femmes à être reconnues comme égales de leurs collègues masculins en portant leur cause devant la Cour Européenne de Justice, mais la crainte des travailleuses de perdre leur emploi ne permet pas à Eliane Vogel-Polsky de trouver un cas à défendre.

L’avocate brillera grâce à l’affaire Defrenne contre Sabena en 1976. L’arrêté de la Cour qui s’en suit est aujourd’hui constitutif du droit européen et de sa jurisprudence. Il reconnait que le principe de l’égalité de rémunération entre les travailleuses et travailleurs pour le même travail peut directement être invoqué devant les tribunaux de n’importe quel État membre de l’UE.

La Rédaction

Partager l'article

08 septembre 2019 - 12h39