Groen, Open VLD et One.Brussels veulent former une coalition néerlandophone en Région bruxelloise

Une première coalition se dégage en Région bruxelloise : du côté néerlandophone, Elke Van den Brandt (Groen) confirme que Groen, l’Open VLD et One.brussels (sp.a) engagent des discussions pour former la majorité lors de la prochaine législature.

Si du côté francophone, Rudi Vervoort et Laurette Onkelinx vont poursuivre lundi les discussions en vue de former une coalition pour le futur gouvernement bruxellois, le travail est déjà bien avancé du côté néerlandophone, annonce Elke Van den Brandt. La future députée bruxelloise Groen, chargée de mener les discussions pour former cette coalition, a confirmé à nos confrères de Bruzz que les écologistes vont principalement discuter avec l’Open VLD et One.brussels (sp.a), pour une majorité de 10 élus sur les 17 néerlandophones au Parlement bruxellois.

Le CD&V devrait donc quitter la majorité sortante. Bianca Debaets, seule élue du CD&V dans la capitale, basculerait du coup dans l’opposition.

“Du côté néerlandophone, nous nous sommes rapidement retrouvés dans une vision de la ville que nous partageons”, explique Elke Van den Brandt à Bruzz. “Nous aimons Bruxelles. Avec conviction et passion. Groen, l’Open Vld et one.brussels se donnent aujourd’hui la main pour construire une ville saine, ambitieuse et inclusive. Cette coalition veut être un partenaire néerlandophone fort qui construit des ponts”, a-t-elle ajouté. “Nous devons maintenant poursuivre les discussions de fond et voir ce qui se passe du côté francophone. Cela pourrait encore prendre quelques mois”, dit-elle encore.

Concernant les personnes qui représenteront le collège néerlandophone au gouvernement bruxellois, quelques noms circulent déjà. Chez Groen, Elke Van den Brandt devrait obtenir un poste, tout comme Pascal Smet chez One.brussels. À l’Open VLD, Guy Vanhengel, Sven Gatz et Els Ampe sont pressentis.

N-VA : “Une occasion manquée”

Du côté de la N-VA, qui n’a donc pas été invitée à ces négociations privilégiées, on évoque “une occasion manquée pour un changement réel”, disent Cieltje Van Achter et Karl Vanlouwe, les négociateurs de la N-VA. “Les électeurs ont sanctionné la politique actuelle et ont opté pour le changement. Il est regrettable que Groen ne tienne pas compte de ce signal et choisisse de négocier avec les partis qui sont au pouvoir depuis la création de la Région”, ont-ils souligné. “Or, le changement à Bruxelles ne viendra pas de ces partis”, ont ajouté Cieltje Van Achter et Karl Vanlouwe en s’étonnant par ailleurs que l’Open Vld ait préféré s’allier à Groen et aux socialistes plutôt qu’à la N-VA.

Gr.I. avec Belga – Photo : Belga/Thierry Roge

Partager l'article

31 mai 2019 - 19h00