Les chauffeurs de taxis bruxellois demandent l’arrêt de leurs activités

Les chauffeurs de taxis bruxellois ne sont pas d’accord avec le fait que leur métier reste une profession essentielle. Le secteur des taxis et le syndicat CSC-Transcom demandent l’arrêt complet des activités.

Selon le Collectif des ouvriers Taxi, l’emploi dans le secteur a baissé de 75 à 80%. Les entreprises de taxis mettent leurs travailleurs en chômage temporaire tandis que les chauffeurs indépendants subissent de lourdes pertes.

Les chauffeurs sont étonnés que leur métier fait partie des professions essentielles. Ils estiment qu’ils sont trop peu protégés par rapport à des chauffeurs des transports publics bruxellois Stib. “Les ambulanciers et les pompiers sont équipés de masques pour se protéger, nous n’avons rien. Pas même des gants ou des produits qui garantissent notre sécurité”, a expliqué Michael Zybelberg, vice-président du collectif.

Certains chauffeurs tentent d’éviter le contact avec leurs clients en plaçant un film plastique ou du plexiglas entre le conducteur et l’arrière de la voiture. Mais cela n’empêche pas non plus un client d’être potentiellement contaminé par un client précédent. “C’est pour des questions d’hygiène que nous demandons l’arrêt des activités et ainsi, les chauffeurs indépendants pourront faire appel à des mesures de soutien”, souligne Lorenzo Marredda, délégué à la CSC-Transcom.

Avec Belga – Photo : Belga/Thierry Roge

Partager l'article

26 mars 2020 - 15h20