Coronavirus : les prostituées, isolées et contraintes de fermer boutique

Cela fait trois semaines que les prostituées en Région bruxelloise sont contraintes au chômage temporaire suite aux mesures sanitaires liées à la pandémie de coronavirus.

Doris, notamment, laisse son “espace de travail” fermé et survit avec des économies : “Je vis au jour le jour. On ne sait pas si on peut nous couper l’électricité ou non”. Dans le milieu, certains tenteraient même de travailler en douce malgré les mesures sanitaires.

L’association Utsopi dénonce ces situations difficiles pour les prostituées, entre celles qui n’ont plus aucun revenu et celles qui poursuivent leurs activités avec tous les risques que cela annonce. L’union des travailleurs du sexe déplore l’absence de réel statut pour les prostituées, ce qui provoque isolement et illégalité.

■ Reportage de Michel Geyer, Béatrice Broutout et Stéphanie Mira.

Partager l'article

10 avril 2020 - 17h58