Une étude de l’Institut Bordet ouvre de nouvelles perspectives sur le cancer du sein

Une étude de l’Institut Jules Bordet a permis de dégager que les résultats d’une chirurgie des métastases hépatiques du cancer du sein différaient en fonction du type de microstructures des métastases.

Elle permettra aux oncologues de sélectionner les patientes qui bénéficieront à long terme d’un traitement chirurgical, se réjouissent mardi les chercheurs dans un communiqué.

Lorsque les cancers du sein progressent, le développement de métastases hépatiques survient fréquemment et représente une cause majeure de mortalité. Si les métastases sont localisées dans le foie, l’ablation chirurgicale de ces lésions peut permettre une amélioration de la survie, voire une guérison. L’étude, basée sur un échantillon d’une quarantaine de patientes, a permis aux chercheurs d’observer que ces métastases hépatiques pouvaient s’organiser en deux types de microstructures dans le foie: une forme dans laquelle les cellules cancéreuses sont entourées par une capsule fibreuse (forme desmoplastique) et une autre dans laquelle les cellules cancéreuses infiltrent directement le foie (forme infiltrante). Les résultats de la chirurgie sont “très significativement meilleurs” lorsque les métastases étaient de type desmoplastique, alors que toutes les patientes opérées pour des métastases de type infiltrant ont récidivé rapidement après l’opération. “Il n’existe actuellement pas de moyen fiable de distinguer les patientes qui vont bénéficier de cette intervention et celles chez lesquelles cette intervention sera malheureusement inutile. Nos observations sont prometteuses“, se félicite le Professeur Donckier, Chef du Service de Chirurgie à l’Institut Jules Bordet et initiateur de l’étude.

Cette première observation, rapportée dans un article publié dans la revue britannique Nature Publishing Journal Breast Cancer, “ouvre de nouvelles perspectives pour mieux sélectionner les patientes candidates à un traitement chirurgical, mais aussi pour mieux comprendre les différents modes de progression du cancer du sein et, potentiellement, développer de nouvelles approches thérapeutiques“.

Belga (Photo : Arch. Belga/David Stockman)

Partager l'article

22 décembre 2020 - 12h52
Modifié le 22 décembre 2020 - 12h52