Saint-Josse ferme un hébergement Airbnb non conforme

Alors que la Région vient d’annoncer qu’elle allait durcir les sanctions des hébergements touristiques non conformes, la commune de Saint-Josse a récemment fait fermer un Airbnb qui accueillait des fêtes de 40 personnes.

Le bourgmestre, Emir Kir se dit victime de son emplacement et assure continuer sa lutte contre les hébergements touristiques non-autorisés. “Pour le cas qui nous occupe, nous avons vu des fêtes réunissant plus de 40 personnes organisées avec plaintes à la police pour tapage nocturne et un enfer pour les riverains.”

Outre les nuisances pour le voisinage, la commune rappelle par ailleurs que ce type d’hébergements touristiques met en péril l’offre de logements abordables sur son territoire.

Confortée par la Région, la commune de Saint-Josse a donc pris des arrêtés pour faire cesser les activités touristiques dans ce bâtiment. “Puisque les hébergements touristiques sont autorisés sous certaines conditions par la Région et que tous ne sont pas à mettre dans la même catégorie, nous serons fermes avec ceux qui ne respectent ni la loi, ni leurs voisins”, précise la commune dans un communiqué.

Le gouvernement bruxellois a de son côté présenté hier/jeudi l’avant-projet d’ordonnance sur les hébergements contre rémunération dans le cadre d’un séjour à d’autres fins que de l’habitation ou de la résidence dont la durée n’excède pas 90 jours consécutifs. Les modifications visent notamment à simplifier les procédures de mise en location.

Une fois adoptée, “cette nouvelle ordonnance permettra une meilleure protection du logement ‘ordinaire‘, et des destinataires de service (sur le plan de la sécurité), la protection de la qualité de vie des habitants, la préservation de l’image de Bruxelles, l’encadrement de la concurrence dans ce secteur mais aussi la protection des futurs exploitants”, a commenté Rudi Vervoort.

 

A.V. – Photo: Belga/Thierry Roge

Partager l'article

30 septembre 2022 - 10h42
Modifié le 30 septembre 2022 - 10h50