Moins de diesel et plus de véhicules à essence et hybrides suite à la zone de basses émissions

Embouteillage File Voitures Véhicules Trafic Boulevard Léopold II - Belga Thierry Roge

Selon les données rapportées par l’agence régionale Bruxelles Environnement, la part de véhicules diesel parmi le parc automobile en circulation dans la capitale a diminué de 62,3% à 46,1% en trois ans.

Introduite en 2018 en Région bruxelloise, la Zone de Basses Émissions (LEZ) limite l’accès aux véhicules les plus polluants sur diverses phases qui sont étalées jusqu’en 2025. Les véhicules Diesel les plus anciens et les plus polluants ont été interdits dès 2018 avant que cette interdiction soit étendue à de nouvelles catégories de véhicules chaque année. Depuis le 1er janvier 2020, ce sont les véhicules diesel de type Euro 3 qui ne peuvent plus circuler dans la capitale, et dès le 1er janvier 2022, les véhicules diesel de type Euro 4 seront concernés par cette interdiction de circuler à Bruxelles.

Lire aussi | À partir du 1er janvier, les véhicules diesels Euro 4 ne pourront plus circuler dans la LEZ

Moins de 50% de véhicules diesel à Bruxelles

Depuis trois ans, cette Zone de Basses Émissions confirme ses effets, selon l’agence régionale Bruxelles Environnement. Après analyse de la proportion de véhicules en circulation en Région bruxelloise depuis l’introduction de la LEZ en 2018, la part de véhicules polluants a fortement diminué. Précisément, depuis le 1er janvier 2020, la part de véhicules diesel de type Euro 3 a chuté de 85% en un an.

Et depuis trois ans, la part de véhicules diesel est passée de plus de 62% avant l’introduction de la LEZ à seulement 46,1% durant le deuxième trimestre de 2021. Par contre, le nombre de véhicules à essence a grimpé de 34,9% à 47,4% durant cette même période. La hausse du nombre de véhicules hybrides se confirme également avec une part de 2,5% en 2018 contre 5,4% durant le deuxième trimestre 2021.

Lire aussi | Mobilité : le nombre de véhicules augmente bien moins à Bruxelles qu’en Flandre

► L’évolution de la proportion de véhicules en circulation en Région bruxelloise depuis 2018 :

Proportion Parc Automobile Bruxellois en juin 2021 - Bruxelles Environnement

Baisse des émissions de polluants

Selon Bruxelles Environnement, cette réduction des véhicules les plus polluants dans la capitale a un impact important sur la qualité de l’air. La Région bruxelloise indique ainsi qu’entre juin 2018 et octobre 2020, les émissions de NOx (oxyde d’azote, qui contribue à l’effet de serre) ont diminué de 9%, les émissions de PM 2.5 (particules fines) ont diminué de 17% et ceux de black carbon (polluant principalement émis par des véhicules diesel anciens) ont baissé de 38%.

Bruxelles Environnement précise que la crise sanitaire a également eu un plus large impact sur les réductions d’émissions en 2020 suite à la baisse du trafic automobile.

L’agence a désormais comme objectif que les émissions de NOx et de black carbon provenant du transport routier diminuent de respectivement 66% et 86% depuis l’introduction de la LEZ d’ici à 2025.

Lire aussi | La zone de basses émissions est-elle efficace pour lutter contre la pollution ?

Gr.I. – Photo de couverture : Belga/Thierry Roge – Infographie : Bruxelles Environnement

Partager l'article

26 octobre 2021 - 09h24
Modifié le 23 novembre 2021 - 11h01