Les fonctionnaires européens auront leurs propres centres de vaccination

Les institutions internationales présentes à Bruxelles s’occupent de la vaccination de leur personnel.

C’est le cas pour l’Otan, et pour l’Union européenne : Commission et Parlement vont donc vacciner leur staff. Cela représente autour de 21.000 personnes pour la Commission et environ 6000 pour le Parlement. Il s’agit bien des travailleurs, pas de leur famille. Tout cela s’est organisé en bonne entente avec les autorités régionales, explique Inge Neven, directrice du service hygiène de la région bruxelloise.

Deux centres pour l’Union européenne, un pour l’OTAN

Ils s’occupent donc de l’organisation de A à Z. Ils auront leurs propres de centre de vaccination. Contrairement à ce qui a pu être lu ici ou là, le Parlementarium ne sera pas le centre de vaccination du Parlement européen. Le centre des visiteurs du parlement avait initialement été pressenti pour devenir un centre de vaccination de la région. Finalement on n’y vaccinera personne, ni Bruxellois, ni européens. Commission et PE piqueront leur personnel dans des espace ad hoc aménagés au sein de leurs bâtiments. Pareil pour l’OTAN. Les accréditations sont encore en cours d’acheminement, les centres ne sont pas encore ouverts.

La vaccination des européens s’inscrit dans le calendrier fixé par la région bruxelloise. Et devrait débuter avec la phase 1B, début mars. Ils ne seront donc pas vaccinés avant les Bruxellois. S’agissant de résidents en Belgique, les doses qui seront utilisées proviennent du quota belge.

 

■ Le point avec Sabine Ringelheim dans Toujours + d’Actu

Partager l'article

17 février 2021 - 09h33
Modifié le 17 février 2021 - 09h33