Le secteur culturel introduit un nouveau recours au Conseil d’Etat … contre les jauges cette fois

Depuis la réouverture du secteur culturel cette semaine, 200 personnes maximum sont autorisées dans les salles. Un nombre que ne comprend pas l’avocat de plusieurs acteurs de la Culture.

Le recours en suspension en extrême urgence lié aux mesures de fermeture de la culture portées par l’arrêté royal du 23 décembre a été rejeté à l’audience qui a eu lieu vendredi matin devant le Conseil d’État, a indiqué Me Vincent Letellier. Il a été considéré comme sans objet depuis la publication du nouvel arrêté.

Mais l’avocat a ajouté avoir déposé dans la nuit un nouveau recours en suspension contre le nouvel arrêté royal publié mercredi au nom de plusieurs acteurs de la Culture dont la FEAS, la Fédération des Employeurs des Arts de la Scène, ce qui confirme une information donnée en matinée par le quotidien Le Soir.

Un traitement différent

La Ligue des Droits Humains (LDH) qui était partie prenante au premier recours ne l’est plus pour le second, qui concerne non plus le droit d’accès à la culture mais ses conditions d’accès. Ce sont en effet les jauges et leurs proportionnalités qui sont cette fois mises en cause.

Le Comité de concertation du 29 décembre a en effet décidé de “rétablir les conditions pour le secteur culturel qu’il avait fixées lors de sa réunion du 3 décembre : uniquement des places assises, port du masque obligatoire, utilisation du CST à partir de 50 spectateurs, maximum 200 spectateurs. Ces conditions s’appliqueront également dans les cinémas et le secteur de l’évènementiel.”

“Pour les cinémas, on est à une jauge de 200 par salle”, note Me Letellier. “Pour les lieux culturels, on est à 50 – voire jusqu’à 200 moyennant le respect d’un protocole particulier et une autorisation du bourgmestre – mais par jour ! On ne comprend pas pourquoi le gouvernement inflige un traitement différent pour les cinémas et les lieux de théâtre et de concerts.”

Indépendamment de la taille de la salle

L’avocat avance que des questions de proportionnalité se posent. Il estime ainsi que limiter à 200 personnes le public d’un concert dans une grande salle comme Forest National est excessif et qu’il n’y a pas de nécessité justifiant cela. Plus largement, il questionne le fait de fixer, sans distinction en fonction de la taille des lieux, une jauge à 200 personnes si la volonté est d’interdire des événements de masse. “Dans les discours du gouvernement, les événements de masse étaient à l’origine des événements comme le Pukkelpop ou le Grand Prix de Spa-Francorchamps avec des jauges dans les 75.000 personnes. Mais un événement de masse devient-il dans l’état actuel des choses un événement entre 50 et 200 personnes ?”, soulève l’avocat.

Belga – Photo : Belga

Partager l'article

31 décembre 2021 - 14h41
Modifié le 31 décembre 2021 - 14h41