La Région bruxelloise refuse d’accueillir des réfugiés ukrainiens dans les maisons de repos

Pas de photo disponible

On estime que d’ici la fin de l’année, plus de 5000 places seront encore à trouver en Région bruxelloise pour les réfugiés ukrainiens.

Les maisons de repos bruxelloises ne pourront pas accueillir de réfugiés ukrainiens, écrit la RTBF sur son site. Iriscare, l’organisme dédié à la protection sociale en Région bruxelloise, s’est prononcé contre la possibilité d’ajouter les maisons de repos à la liste des possibilités d’accueil pour les Ukrainiens.

Plusieurs communes bruxelloises avaient fait la demande à la Région lors de la Conférence des bourgmestres, mais le ministre bruxellois de la Santé a rejeté cette idée en avançant comme raison le risque toujours bien présent de Covid-19 en Belgique, sachant que certaines maisons de retraite ont récemment connu des clusters.

Mais la Région bruxelloise a-t-elle réellement encore besoin de places pour les Ukrainiens ? “6500 personnes sont actuellement accueillies à Bruxelles (chez des logeurs, dans le marché locatif…) et d’ici la fin de l’année on aura atteint les 12.000 places“, explique Pierre Verbeeren, Coordinateur Ukraine pour le Gouvernement bruxellois. Donc oui, s’interroger sur l’usage à faire des places actuellement vides dans les maisons de repos est pertinent dans ce contexte.

Notons toutefois que la Région bruxelloise est en train d’élaborer un nouveau modèle d’hébergement pour les réfugiés ukrainiens et combinant logeurs privés et publics . Ce modèle sera présenté le 9 juin prochain.

A.D. – Photo : Belga

Partager l'article

30 mai 2022 - 16h36
Modifié le 30 mai 2022 - 16h36