Sur BX1 TV Maintenant : "Vivre Ici (pour sourds et malentendants)"

La Région bruxelloise envisage une réforme des titres-services pour réduire ses coûts

Agence titre-service aide-ménagère - Illustration Belga Jonas Hamers

Le ministre bruxellois de l’Emploi Bernard Clerfayt (DéFI) confirme dans L’Écho plancher sur plusieurs pistes pour diviser par deux la croissance annuelle du coût des titres-services pour la Région bruxelloise.

Si les titres-services semblent satisfaire les Bruxellois, vu l’augmentation du nombre de ces titres achetés ces dernières années (2,2 % en 2019), ils représentent un coût de plus en plus important pour la Région : 253,1 millions d’euros en 2019, soit 5,6 % de plus que l’année précédente. Face à ce constat, le ministre bruxellois de l’Emploi Bernard Clerfayt (DéFI) annonce dans L’Écho que des pistes sont lancées pour diviser par deux la croissance annuelle du coût de ces titres services pour la Région bruxelloise.

Une enquête a été menée auprès de 2 000 utilisateurs pour analyser leur avis par rapport à cinq modifications envisagées. Selon cette enquête, près de 60% des utilisateurs ne modifieraient pas leur consommation en cas d’augmentation du prix des titres-services de 9 € à 9,50 €, alors que 3,1 % arrêteraient totalement en cas d’augmentation de prix. Ces résultats passeraient à 10,7 % d’arrêt et 31,7 % de diminution si le prix passe à 10 €.

Prix libre ou selon les revenus

Une autre piste envisagée est la suppression de la déduction fiscale. 18 % des sondés se disent alors prêts à arrêter les titres-services, alors que 25,6 % disent que cela les amènerait à réduire leur recours aux titres-services.

La suppression des titres-services en papier pour une transition électronique mène à 26 % de réponses négatives. Alors que les personnes aux revenus les plus élevés, parmi les sondés, se disent plus opposés à la fluctuation du prix des titres-services selon le revenu des utilisateurs.

La suppression des titres-services pour un système de facturation directe n’est pas souhaité par 56 % des sondés. Enfin, 87 % des personnes interrogées se disent contre une fixation libre des prix par les entreprises de titres-services.

Ces résultats serviront de base de travail aux services régionaux pour l’avenir des titres-services.

Gr.I. – Photo : Belga/Jonas Hamers

Partager l'article

18 décembre 2020 - 10h03
Modifié le 18 décembre 2020 - 10h03