Attentats de Paris : la défense prend la parole, verdict attendu le 29 juin

Le procès des attentats du 13 novembre entre dans sa dernière ligne droite.

Ce lundi, les plaidoiries de la défense dans le procès des attentats de Paris débutent pour deux semaines.  Après les parties civiles et l’accusation, c’est au tour des avocats des accusés de prendre la parole.

La semaine dernière, le ministère public (l’accusation) avait requis des peines allant de cinq ans de prison à la perpétuité. La peine minimum de cinq ans a été requise à l’encontre du Bruxellois Ali Oulkadi. Il est jugé pour avoir aidé Salah Abdeslam au début de sa cavale et ne pas l’avoir dénoncé. La perpétuité a été requise pour six accusés dont Mohamed Abrini et Salah Abdeslam. Pour ce dernier, c’est même la perpétuité incompressible qui a été demandée. C’est une peine rare, la plus lourde du code pénal français, et qui rend quasiment impossible une éventuelle réduction de peine. Les prochains jours seront donc consacrés à la défense et les avocats vont répondre aux arguments de l’accusation. Les avocats de Salah Abdeslam plaideront le 24 juin. Tandis que le verdict est quant à lui attendu le 29 juin. 

A ce procès il y a plus de 2400 parties civiles qui sont représentées par plus de 300 avocats. Une centaine d’entre eux ont décidé de coordonner leurs plaidoiries et de les organiser par thème. Certains ont décidé de ne pas plaider et de s’en remettre à la plaidoirie collective. On se demande si cette technique sera aussi utilisée lors du procès des attentats de Bruxelles. Celui-ci devrait commencer en octobre prochain. Plus de 1000 parties civiles se sont déjà constituées, représentées pour l’instant par plus d’une centaine d’avocats.

 

■ Les explications de Camille Tang Quynh dans le 12h30 sur BX1+

Photo : Belga/Jonathan De Cesare

Partager l'article

13 juin 2022 - 13h51
Modifié le 13 juin 2022 - 14h43