Négocier la sortie de la vague, l’édito de Fabrice Grosfilley

Ce vendredi, Fabrice Grosfilley évoque dans son édito l’espoir de la population sur la fin de la 5ème vague.

Commençons par une déclaration qui fait du bien. “Nous devrions bientôt avoir atteint le pic de la 5ᵉ vague.”

Ce sont les mots prononcés ce vendredi par le virologue Steven van Gucht lors de la conférence de presse hebdomadaire de l’Institut de Santé publique Sciensano.  Après le record des 70 000 contaminations enregistrées pour la seule journée de lundi, nous sommes retombés à une moyenne de 60 000 cas positifs par jour.  Ce qui veut dire que les chiffres sont en train de se stabiliser. C’est aussi le cas pour les admissions à l’hôpital, même s’il y a toujours 344 hospitalisations par jour, ce qui n’est pas rien. Bien sûr, ces chiffres sont trompeurs.  Avec Omicron, on ne voit que le sommet de l’iceberg. Le bio statisticien Geert Molenberghs pense qu’on tourne en réalité entre 200 et 300 000 contaminations par jour. Mais tant Geert Molenberghs que Steven Van Gucht se veulent encourageants. Ils estiment qu’on est en train d’arriver au sommet de cette 5ème vague, même s’ils veulent tous les deux se montrer prudents.

Ces déclarations encourageantes à peine prononcées, nous sommes déjà en train d’entrer dans le débat suivant. C’est celui de savoir comment nous allons gérer la suite de l’épidémie. Het Laatste Nieuws, le grand journal populaire flamand, pose déjà ce vendredi après midi sur son site internet la question suivante : le Covid Safe Ticket est-il encore nécessaire ? Avec évidemment des témoignages de virologues ou d’hommes politiques qui estiment que ce n’est plus le cas. La question va d’autant plus se poser que l’opinion publique peut voir des pays comme le Danemark ou le Royaume-Uni lever leurs restrictions sanitaires. Pourtant, dans ces pays-là, les chiffes ne sont pas mieux que chez nous. Au Danemark, on a enregistré 46 000 contaminations par jour, alors que les Danois sont deux fois moins nombreux que les Belges.

Ces décisions d’allègement prises dans d’autres pays européens combinent à cette idée que la 5ème vague est en train de retomber et vont mettre à nouveau Alexander De Croo, Franck Vandenbroucke et les experts qui les conseillent au centre de l’attention médiatique. La pression populaire pour se diriger rapidement vers un allègement des mesures va être très forte dans les prochains jours. Entre ceux qui voudront aller très vite, estimant que les restrictions prises à l’occasion de cette vague Omicron ont été trop importantes au vu des conséquences réelles, et ceux qui désireront prendre en compte l’état d’épuisement du secteur hospitalier, il va forcément y avoir des tensions et des dissensions. Les surfeurs pourront vous le confirmer : quand la vague perd de sa puissance, et qu’il faut redescendre vers le rivage, c’est le moment où on a le plus de risque de perdre son équilibre.

■ Un édito de Fabrice Grosfilley

Partager l'article

28 janvier 2022 - 18h09
Modifié le 28 janvier 2022 - 18h09