Stéribornes : une véritable avancée et une prise de conscience parlementaire

Le Parlement bruxellois francophone a approuvé vendredi une proposition de résolution demandant à son collège de mettre en place des “stéribornes” sur le territoire régional. Une grande avancée, selon les membres du secteur associatif. 

Les stéribornes visent à faciliter l’échange de matériel propre et spécialisé pour les personnes qui s’injectent des drogues. Avec ces bornes, installées en rue, les usagers devront insérer une seringue usagée dans la machine pour récupérer un jeton, qui leur permettra ensuite de se procurer une nouvelle seringue en pharmacie. Pour les membres du secteur associatif, il s’agit d’une énorme avancée, et d’une prise de conscience importante de la parte du Parlement.

A Bruxelles, il existe seulement deux comptoirs fixes pour venir échanger des seringues usagées contre des seringues propres, dont seulement une accessible 7 jours sur 7. Il s’agit du comptoir de l’ASBL Transit. Bruno Valkeneers, responsable de l’ASBL explique que se présenter dans ces comptoirs implique de dévoiler son identité, mais aussi sa consommation. “Même dans ce type de lieux, sans jugement, on peut craindre le regard de l’autre“, explique-t-il. Les stéribornes, elles permettront de “toucher ceux qui vivent dans la peur de la répression, ainsi que les personnes les plus exclues. Cela permettra un maillage plus important, car il n’y a pas assez de comptoirs fixes“, ajoute-t-il.

 

 

► Lire aussi : “Le Parlement bruxellois francophone demande la mise en place de distributeurs de seringues stérilisées”

 

Partager l'article

04 mai 2018 - 19h10