Découvrez   

Prévenu pour participation aux activités d’un groupe terroriste, Nader H. nie tout devant le tribunal correctionnel ce matin

J’ai écrit ces recettes à la demande d’un autre. Personnellement, ce n’est pas les miennes. Je les ai trouvées sur Internet“, a déclaré Nader H., lundi matin, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Cet homme de 29 ans avait été interpellé chez lui à Haren le 15 septembre 2016. Il est prévenu pour participation aux activités d’un groupe terroriste, en l’occurrence l’Etat Islamique (EI), et pour avoir incité à commettre des attentats. Il est particulièrement soupçonné d’avoir rédigé des recettes de bombes artisanales alors qu’il était détenu, après son arrestation.

A l’époque, je n’étais pas contre les idées de Daesh“, a tout d’abord admis le prévenu, interrogé par la 90e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles.

J’ai commencé à m’intéresser plus à la religion après la naissance de mon fils“, a-t-il poursuivi. “Mais je n’ai jamais eu de haine envers des personnes“, s’est défendu Nader H. lorsque la présidente lui a fait remarquer qu’il avait confié à plusieurs proches qu’il était prêt à commettre un attentat.

Le prévenu a ensuite été interrogé sur des recettes destinées à fabriquer des bombes artisanales, découvertes dans sa cellule en prison. “J’ai écrit ces recettes à la demande d’un autre. Personnellement, c’est pas les miennes. Je les ai trouvées sur Internet“, a-t-il dit, expliquant qu’il avait été piégé. “Mais pour moi, cette personne n’avait rien à voir avec le terrorisme“, a-t-il ajouté.

Nader H. est également prévenu pour avoir, toujours lorsqu’il était en détention, communiqué avec un suspect des attentats de Bruxelles. Il aurait fait passer des écrits à cet individu, incarcéré deux cellules plus loin.

Des liens se créent avec des gens qui sont sous le même régime carcéral“, a expliqué le prévenu. Le tribunal a toutefois rappelé que les échanges manuscrits n’étaient pas destinés à prendre des nouvelles. Le prévenu écrivait notamment à son co-détenu: “qu’Allah nous apporte patience et victoire“. A cela, le prévenu a répondu qu’il recopiait simplement des paroles écrites sur les murs de sa cellule.

Le 15 septembre 2016, Nader H., un homme de 29 ans, avait été arrêté chez lui à Haren, suspecté pour des faits de terrorisme. Le 14 août 2016, les enquêteurs étaient remontés jusqu’au prévenu à la suite d’une enquête basée sur l’application Telegram. Il s’est avéré que Nader H. y a communiqué avec des mineurs via des chaînes de conversation définies par thème, en l’occurrence l’EI et la propagande de l’EI.

Selon l’enquête, il y tenait des propos plus que haineux à l’égard des sociétés occidentales et incitait ces mineurs à commettre des attentats.

Belga.

Partager l'article

19 février 2018 - 14h47
Modifié le 19 février 2018 - 14h47