Découvrez   

Molenbeek : Catherine Moureaux veut une consultation populaire pour débaptiser ou non le boulevard Léopold II

La bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux (PS) annonce dans Le Soir qu’elle souhaite la mise en place d’une consultation populaire sur l’ensemble de la Région bruxelloise pour renommer ou non le boulevard Léopold II.

Alors que le débat sur la suppression des statues et autres plaques en l’honneur de l’ancien Roi Léopold II reprend en marge des manifestations mondiales contre le racisme et les violences policières, la bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux annonce dans Le Soir qu’elle souhaite l’organisation d’une consultation populaire afin de débaptiser ou non le boulevard Léopold II? qui traverse Molenbeek et Koekelberg principalement. L’édile socialiste propose que cette consultation ait lieu sur l’ensemble du territoire bruxellois, vu le statut de l’artère régionale.

“Personnellement, j’ai choisi, je suis favorable au changement de nom, je ferai campagne dans ce sens en toute hypothèse”, explique-t-elle clairement. “Il y a une émotion légitime, il est clair que le racisme chez nous plonge ses racines notamment dans la période coloniale au Congo, les choses bougent, l’histoire s’accélère, en quelque sorte je veux apporter ma pierre à l’édifice en me prononçant ici pour ce changement de nom d’un boulevard central, au cœur de Bruxelles”.

Le tunnel Léopold II changera de nom

En mars dernier, la ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) avait annoncé que le tunnel Léopold II (situé sous le boulevard Léopold II) portera après sa rénovation complète le nom d’une femme. “Nous allons y réfléchir avec la société civile, ainsi que la commission Egalité des chances et Droits des femmes du Parlement bruxellois, afin de dresser une liste des potentielles femmes dont le nom pourrait être attribué au tunnel“, expliquait à l’époque le porte-parole de la ministre.

Cette annonce fait notamment suite à des actes de vandalisme sur une statue de Léopold II à Bruxelles en début de semaine, ainsi qu’une autre à Auderghem, dans la nuit de jeudi à vendredi. Des plaques du boulevard Léopold II ont également été effacées à la peinture dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le bourgmestre d’Auderghem Didier Gosuin (DéFI) explique pour sa part regretter ces actes de vandalisme, qui ont notamment touché une statue de Léopold II sur le square du Souverain : “Ces actes de vandalisme sont contraires à l’état de droit, il faut les condamner“, explique-t-il au micro de BX1. “Seul l’état de droit nous fera avancer dans une explication de l’histoire. Et je crains que ces actes de vandalisme ne vont pas faciliter cette explication de l’histoire. Cela créera plus de tension et plus de violence, que la nécessité d’apporter une lecture enfin objective de l’histoire belge. C’est une tâche à laquelle doit s’astreindre l’État belge”.

Gr.I. – Photo : capture Google Street View

■ Images et interview de Sabine Ringelheim, Nicolas Scheenaerts et Nicolas Franchomme, commentaire de Marine Guiet.

Partager l'article

12 juin 2020 - 15h00
Modifié le 12 juin 2020 - 16h01