Le PTB sans doute bientôt dans le CA de la RTBF, le Vlaams Belang à la VRT

A la suite du scrutin du 26 mai dernier, le PTB devrait faire prochainement son entrée au sein du conseil d’administration de la RTBF, avance mardi le journal L’Echo sur base d’évaluations internes. Au nord du pays, la moitié des sièges du CA seront occupés par la N-VA et le Vlaams Belang, lequel débarque au sein de l’organe décisionnel.

L’attribution des sièges au sein du CA de la RTBF dépendra de la composition du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, toujours incertaine. Mais PS et MR devraient vraisemblablement conserver une part significative des sièges – de l’ordre respectivement de 4 pour les socialistes voire de 3 à 4 pour les libéraux, contre 6 et 5 actuellement sur les 13 au total, estime L’Echo.

L’emprise du cdH serait elle amenée à diminuer à l’avenir de par l’application de la clé D’Hondt sur la nouvelle balance politique en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce changement de visage devrait se faire au profit d’Ecolo et du PTB.

Les verts remporteraient ainsi, toujours selon L’Echo, deux administrateurs, en lieu et place d’un actuel poste d’observateur. Quant au PTB, il obtiendrait le même nombre d’administrateurs qu’Ecolo. “Les règles de composition du conseil d’administration sont fixées par la loi. Rien n’est particulier à la RTBF en tant que service public. Ce n’est pas un événement“, a réagi brièvement la RTBF, contactée par Belga, précisant par ailleurs ne pas vouloir se prononcer sur la composition du CA de la VRT.

Le service public flamand verra pour sa part la N-VA et le Vlaams Belang occuper la moitié des sièges de son organe décisionnel. Le Vlaams Belang a indiqué souhaiter que la VRT “s’éloigne de la ‘pensée unique’ en termes de multiculture et de diversité imposée“. “Nous voulons (…) revoir certaines priorités“, indique Chris Janssens, tête de liste dans le Limbourg.

Les programmes de débats, par exemple, devraient laisser plus de place aux critiques de l’Islam. Ça a toujours manqué à la VRT. Je comprends que l’indépendance éditoriale soit une priorité. La presse libre est un élément essentiel de la démocratie, que nous ne voulons pas ignorer. Mais le conseil peut discuter, au moins de l’atmosphère générale dans laquelle les gens sont invités à l’écran.

Belga

Partager l'article

04 juin 2019 - 14h51