Découvrez   

Covid-19 : où et comment se faire dépister à Bruxelles ?

Bruxelles compte depuis le 31 juillet 25 sites de dépistage du Covid-19. La Région avait annoncé à la fin du mois de juillet vouloir doubler ses capacités de testing d’ici septembre.

Les Bruxellois désireux de se faire tester ont donc la possibilité de se rendre dans l’un des 25 centres de prélèvement. Mais attention, plusieurs catégories de patients sont prévues.

  1. Les personnes symptomatiques doivent contacter leur médecin. Elles iront dans un centre de dépistage (ou aux urgences en cas de symptômes graves) munies d’une prescription pour un test gratuit.
  2. Depuis le 31 juillet, afin de décharger les médecins généralistes soumis à forte pression, les personne considérées comme “à haut risque”, parce qu’ayant été en contact avec une personne malade, et les personnes revenant de destinations classées zones rouges ou oranges, peuvent se faire tester gratuitement SANS prescription. En principe, un code doit vous être envoyé par SMS, mais le système ne semble pas encore au point…
  3. Les personnes asymptomatiques ou celles devant se rendre dans une région où un test PCR est exigé peuvent également se faire tester sans prescription, mais ces tests ne seront pas remboursés. Si vous êtes dans ce cas, vous devrez aller vous faire tester dans un centre privé.

Depuis le 31 juillet, la plupart des centres de dépistage, hospitaliers ou privés, sont accessibles avec ou sans prescription. La liste se trouve sur le site de la Cocom. Si vous ne disposez pas de prescription médicale, vérifiez bien quels sont les centres susceptibles de vous accueillir.

13 communes disposent d’un ou plusieurs centres de dépistage sur leur territoire : Anderlecht, Auderghem, Berchem Sainte-Agathe, Evere, Forest, Ganshoren, Ixelles, la Ville de Bruxelles, Molenbeek, Schaerbeek, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lmbert.

S’adapter aux besoins

Fin juillet, en raison notamment des départs et retours de vacances, les capacités de testing en Région bruxelloise ont été mises sous tension. Raison pour laquelle le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron (Ecolo), a requis une adaptation de l’offre aux besoins avec pour objectifs d’assurer une offre de proximité suffisante pour toutes les personnes ayant besoin d’un test et de décharger les hôpitaux et les médecins généralistes de patients à faible risque, en particulier les touristes souhaitant partir à l’étranger.

Rédaction 

►Reportage de Camille Tang Quynh, Thierry Duboquet et Pierre Delmée