Communales 2018: 9 bourgmestres cumuleront avec un mandat de député jusqu’en mai

Le décumul n’est pas encore voté au parlement bruxellois mais les partis ont déjà donné des consignes à leurs élus. Les bourgmestres, anciens comme nouveaux, ne devront pas respecter les mêmes règles.

Au PS, deux écoles sont en place. A Anderlecht, Eric Tomas est et restera bourgmestre à temps plein, tout comme Philippe Close à la Ville de Bruxelles. Le ministre-président de la Région bruxelloise, Rudi Vervoort a été réélu sans souci comme bourgmestre d’Evere. Comme il l’avait annoncé avant les élections, il terminera son mandat et se représentera aux régionales de 2019. En attendant, c’est Christian Béozière qui deviendra bourgmestre faisant fonction. Une décision qui ne doit pas ravir Ridouane Chahid puisqu’il a obtenu plus de voix de préférence.

A Saint-Josse, Emir Kir terminera son mandat de député fédéral et se représentera en 2019. Idem pour le nouveau bourgmestre de Koekelberg, Ahmed Laaouej puisque sa commune compte moins de 50.000 habitants, une condition recevable pour le PS. Charles Picqué va également terminer son mandat de président du parlement bruxellois mais ne se représentera pas en 2019. Enfin, Catherine Moureaux sera bourgmestre de Molenbeek et députée bruxelloise pendant quelques mois. Elle démissionnera avant mai mais ne sait pas encore quand. Elle demandera à son équipe de suivre son exemple. Et évidemment, elle ne briguera pas un nouveau mandat de députée.

Le CDH et le MR appliquent le décumul à partir de 50.000 habitants

Au MR, on a décidé d’appliquer la même règle qu’en Wallonie. Les élus des communes de moins de 50.000 habitants peuvent avoir deux mandats mais pas les autres. Ainsi, Boris Dilliès continuera d’être bourgmestre d’Uccle à temps plein même s’il prendrait bien plus de responsabilités au sein du MR bruxellois. Quant à Vincent De Wolf, le bourgmestre d’Etterbeek et chef de groupe libéral au parlement bruxellois a décidé que tant que la loi sur le décumul n’était pas passée, il continuerait d’être député-bourgmestre. C’est donc tout logiquement qu’il se représentera à la Région en mai prochain.

Du côté des humanistes, Joël Riguelle à Berchem et Hervé Doyen à Jette, termineront leur carrière avec ce mandat de bourgmestre. Aucun des deux ne se présentera l’an prochain. Par contre, le nouveau bourgmestre de Ganshoren, Pierre Kompany, terminera son mandat et se représentera en 2019 puisque sa commune compte moins de 50.000 habitants. Quant à Benoît Cerexhe, il restera député jusqu’aux prochaines élections et aimerait ensuite se consacrer à temps plein à sa commune. Cependant, comme Woluwe-Saint-Pierre compte moins de 50.000 citoyens, le parti pourrait lui demander de rempiler comme député.

Plus de cumul chez Défi dès mai

Les trois bourgmestres Défi ne cumuleront plus après mai prochain. A Schaerbeek, c’est contraint et forcé que Bernard Clerfayt se plie à la décision du parti de ne plus cumuler. Il termine son mandat et ne se présentera plus à la Région. A Woluwe-St-Lambert, Olivier Maingain a annoncé qu’il ne serait plus candidat aux prochaines fédérales et qu’il s’agissait aussi de son dernier mandat comme président de parti.

Enfin, à Auderghem, Didier Gosuin réfléchit. Jusqu’en mai, il sera bourgmestre empêché. C’est Sophie de Vos qui siégera à sa place. Elle aura six mois pour faire ses preuves. Si Didier Gosuin la juge apte à prendre seule les rênes de la commune, il briguera un nouveau mandat régional, lui qui voudrait bien terminer sa carrière politique comme ministre-président bruxellois. Si l’équipe auderghemoise n’est pas prête alors il ne sera pas sur la liste et deviendra bourgmestre à temps plein.

Aucun cumul chez Ecolo

Cela fait partie des statuts des écologistes depuis de nombreuses années. Chez les verts, on ne cumule pas. Olivier Deleuze (Watermael-Boitsfort) et Stéphane Roberti (Forest) n’ont pas d’autres mandats que celui de bourgmestre.

A Ixelles, Christos Doulkeridis va devoir démissionner des parlements bruxellois et de la Fédération Wallonie Bruxelles. Il ne sait pas encore quand exactement. Pour le remplacer, le nouveau député ne sera connu que lorsque tous les collèges communaux seront désignés. Dans les premiers suppléants à la Région, nombreux sont ceux qui risquent de devenir échevin et donc de ne pas pouvoir cumuler.

Vanessa Lhuillier/crédit:BX1

 

Partager l'article

18 octobre 2018 - 07h59