Découvrez   

Ce week-end, nous changeons d’heure … pour la dernière fois ?

Dans la nuit de samedi à dimanche, la Belgique, comme les autres Etats de l’Union européenne, passera à l’heure d’hiver. Comme chaque année, c’est le dernier week-end d’octobre qui marque cette transition. Le dernier week-end de mars signant le passage à l’heure d’été. Mais pour combien de temps encore ? Il est en effet question depuis plusieurs années de supprimer le changement d’heure.

Nous dormirons une heure de plus dimanche. A 3h du matin, il sera 2h. Mais les jours du changement d’heure, instauré chez nous dans les années 70, sont comptés. En tout cas, telle est la volonté affichée des Etats de l’Union européenne, dont la Belgique.

Crise pétrolière

Le principe du changement d’heure s’impose dans les années 70. A l’époque la Belgique vit tout au long de l’année à l’heure GMT+1 (l’équivalent de l’heure d’hiver). En 1977, en pleine crise pétrolière, l’heure d’été est instaurée, motivée par la nécessité de faire des économies d’énergie. Cela n’a plus changé depuis, « malgré le fait que l’intérêt économique de la mesure n’a en réalité jamais été démontré. », commente Pascale Defraigne, spécialiste à l’Observatoire royal de Belgique.

En 2018, le Parlement européen demande une évaluation détaillée du changement d’heure à la Commission. La Commission organise un referendum sur le sujet et une grande majorité de citoyens se prononce en faveur de la suppression pure et simple du système. L’Union a donc recommandé la fin du changement d’heure. A charge pour chaque Etat membre de décider de garder l’heure d’hiver ou l’heure d’été.

Heure d’été ou heure d’hiver ?

Pour les spécialistes, que ce soit sur le plan des activités économiques, mais surtout celui de la santé, l’heure d’hiver doit s’imposer. « Si l’on conservait l’heure d’été, le décalage entre le lever du soleil et le début des activités serait beaucoup trop grand en hiver. », indique Pascale Defraigne. Ainsi le 1er janvier, le soleil se lèverait à 9h45. « Or c’est le matin que l’organisme a le plus besoin de lumière. »

A l’été 2019, sous le gouvernement de Charles Michel (MR), la Belgique organise une enquête d’opinion pour connaître l’avis de la population. 2000 personnes sont consultées, rapporte à l’époque un communiqué de la Chancellerie du Premier ministre. Une large majorité (83%) s’exprime en faveur de la suppression du changement d’heure saisonnier. 50% des sondés préfèrent conserver l’heure d’hiver toute l’année, et 47% se prononce pour l’heure d’été. La majorité des avis d’experts, en matière de sécurité et criminalité, économie, transport, santé, agriculture, etc « n’émettait pas de position marquée sur la question tout en privilégiant une concertation avec les pays voisins pour les secteurs de l’emploi, de l’énergie et de la coopération transfrontalière. Seuls les secteurs des sports, loisirs et tourisme seraient en faveur de l’heure d’été. », indique encore le communiqué de la Chancellerie.

Et maintenant ?

« Il appartiendra au prochain gouvernement de se pencher sur l’harmonisation du régime horaire au niveau européen. » conclut le communiqué. De nombreuses voix plaident en effet pour un choix commun aux Etats membres, afin d’éviter que certains pays ne fonctionnent à l’heure d’hiver pendant que leurs voisins sont à l’heure d’été. Cela corse l’affaire et « n’a aucune logique sur le plan géographique », insiste Pascale Defraigne. « Compte tenu de sa situation géographique, l’Allemagne par exemple, se situe théoriquement dans un autre fuseau horaire que la Belgique. Le soleil s’y lève plus tôt que chez nous. » Aux Etats-Unis il y a 4 fuseaux horaires différents, pourquoi pas en Europe?, interroge-t-elle.

Les Etats doivent avoir organisé la suppression du changement d’heure pour 2021 (la date de 2019 avait été initialement retenue mais jugée trop rapide par les pays de l’UE). Tel était du moins le calendrier prévu … avant le début de la pandémie. Qu’en sera-t-il? Les priorités sont ailleurs, répond le cabinet du Premier ministre Alexander De Croo.

S.R.

 

Partager l'article

24 octobre 2020 - 12h10
Modifié le 25 octobre 2020 - 11h31