Découvrez   

Le CORES rappelle les mesures pour les fêtes religieuses et crée une task force “violences conjugales”

Rudi Vervoort - Conseil des ministres bruxellois - Belga Eric Lalmand

Le Conseil Régional bruxellois de Sécurité (CORES) réuni mercredi soir dans la foulée du Conseil National de Sécurité a rappelé les mesures liées à l’interdiction des cérémonies, des rassemblements, mais aussi les règles de distance de sécurité dans le cadre des fêtes initiatiques, philosophiques ou religieuses. Parmi celles-ci, les fêtes de Pâques chrétienne, juive et orthodoxe, ainsi que le Ramadan qui débutera aux alentours du 23 avril.

Présidé par le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) et composé notamment du Procureur du Roi de Bruxelles, des présidents des collèges de police, des chefs de corps des six zones de police locale et des 19 bourgmestres, le CORES a invité les personnes impliquées dans l’organisation de ces fêtes et les fidèles des différentes religions à adapter leurs pratiques à la situation actuelle.

Les mesures générales impliquent que les fidèles ne se retrouvent plus dans les lieux de culte pour célébrer; que les réunions familiales sont limitées aux membres de la famille vivant sous le même toit et ont lieu dans ce foyer même; et que les magasins d’alimentation spécifiques autorisés à rester ouverts conformément aux règles applicables aux magasins d’alimentation, sont susceptibles d’être confrontés à une plus grande demande durant cette période. “Ils veillent donc à ce que les mesures de distanciation sociale soient appliquées avec une attention accrue, en particulier lorsqu’ils attendent un afflux important de clients”, a souligné le Conseil Régional de Sécurité à l’issue de sa réunion.

Lire aussi : Les soignants et détenus musulmans pourront reporter le jeûne du ramadan, les mosquées seront fermées

Un traitement harmonisé des SAC

Au-delà d’un point sur l’évolution de la situation et sur les décisions prises au niveau fédéral, le CORES s’est accordé sur une exécution commune, en Région bruxelloise, des mesures pour freiner l’épidémie et protéger les plus vulnérables. Cela se traduira par l’adaptation de l’arrêté du ministre-président permettant certaines visites dans les Maisons de Repos, les Maisons de Repos et de Soins et les centres pour les personnes avec un handicap dans le cadre des mesures d’urgence pour limiter la propagation du virus.

Les 19 communes de la capitale adopteront en outre une ordonnance de police veillant à assurer un traitement harmonisé des sanctions administratives communales dans la lutte pour limiter la pandémie, articulée avec les sanctions judiciaires.

Lire aussi : Les mesures de confinement prolongées jusqu’au 3 mai, les grands événements annulés jusqu’au 31 août

Une task force “violences conjugales et confinement”

Les discussions au sein du CORES ont également porté sur la gestion des problématiques liées aux mesures de maintien au domicile. Il s’agit notamment du risque accru de violences intrafamiliales, un thème déjà abordé par le Conseil Régional de Sécurité le 27 mars dernier.  Une Task Force intrabruxelloise « Violences conjugales et confinement » a été récemment créée afin de coordonner l’action des intervenants institutionnels, de première ligne et d’associations de terrain pour répondre au mieux aux demandes spécifiques du terrain bruxellois et en les relayant, si nécessaire, à d’autres instances. Cette Task Force se réunira à nouveau jeudi.

“Si nous voulons surmonter cette période difficile, il est important de travailler de manière concertée et coordonnée…. C’est en s’y mettant ensemble et en prenant les mesures de prévention le plus en amont possible que nous arriverons à limiter la propagation du coronavirus”, a commenté Rudi Vervoort, à l’issue de la réunion du CORES.

Avec Belga – Photo : Belga/Eric Lalmand

Partager l'article

16 avril 2020 - 08h30
Modifié le 16 avril 2020 - 09h36