Deuil national ce 20 juillet : voici ce que cela représente

Le Conseil des ministres a décrété ce mardi 20 juillet comme jour de deuil national, en hommage aux victimes des inondations meurtrières qui ont touché la Belgique cette semaine. Mais qu’est-ce que ce jour de deuil national signifie concrètement pour les Belges ?

Le jour de deuil national est décrété exceptionnelle en cas de décès d’une personnalité royale ou importante du pays, ou en cas de catastrophe d’une ampleur nationale. Le deuil national a été décrété pour la première fois en Belgique en 1935 suite au décès de la reine Astrid, épouse du roi Léopold III. Il avait alors duré une semaine.

Depuis lors, ce sont surtout des catastrophes nationales qui ont mené à cette décision : la catastrophe du Bois du Cazier le 8 août 1956 (262 personnes décédées), l’incendie de l’Innovation à Bruxelles en 1967 (325 morts), l’explosion de gaz de Ghislengien en 2004 (24 morts), l’accident de car à Sierre qui avait tué 28 personnes en 2012 ou encore les attentats de Bruxelles, qui avaient coûté la vie à 32 personnes en 2016 (trois jours de deuil national).

Les décès du roi Baudouin, le 31 juillet 1993 et de la reine Fabiola, le 5 décembre 2014, avaient également entraîné neuf et sept jours de deuil national à l’époque.

Durant un jour de deuil national, les drapeaux belges sont en berne sur l’ensemble de la Belgique, une minute de silence est observée (elle est prévue à 12h01 et la population belge est invitée à la respecter si elle le souhaite) et les festivités prévues ce jour-là sont annulées. C’est pour cette raison que le Bal national, prévu sur la place du Jeu de Balle à la veille de la fête nationale, ne se tiendra pas ce mardi.

Les explications sur le deuil national par Vincent Dujardin, professeur d’histoire à l’UCLouvain :

Cinq minutes d’arrêt à la Foire du Midi

Une cérémonie officielle sera organisée à Verviers, dès 11h00, à la caserne de sapeurs-pompiers de la zone de secours Vesdre-Hoëgne & Plateau à Verviers. Une ville très fortement touchée par une Vesdre déchaînée où, comme dans d’autres localités d’ailleurs, de nombreuses maisons ont été détruites et où des gens ont tout perdu. Le roi Philippe, le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre-président wallon Elio Di Rupo, entre autres, seront présents, de même qu’Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur, Pierre-Yves Jeholet (MR), ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Hervé Jamar (MR), gouverneur de la province de Liège et plusieurs bourgmestres des localités touchées. Ils s’entretiendront avec des victimes. Mais aussi avec des délégations de pompiers, des ambulanciers, de la Protection civile et de la police et des bourgmestres.

Du côté de la Région bruxelloise, la Foire du Midi arrêtera la musique et les attractions durant cinq minutes à partir de 19h00, tandis que le concert Prélude à la fête nationale au Palais des Beaux-Arts n’aura pas lieu non plus, a annoncé le Palais royal mardi.

Gr.I. avec Belga – Photo : archive Belga/Aurore Belot

■ Interviews de Sabine Ringelheim pour Toujours + d’Actu

Partager l'article

20 juillet 2021 - 13h30
Modifié le 20 juillet 2021 - 14h13