Une nouvelle manifestation dispersée mercredi soir par la police devant l’ambassade d’Israël à Uccle

La police a de nouveau fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser, mercredi soir, une nouvelle manifestation pro-palestinienne devant l’ambassade d’Israël à Uccle.

Comme mardi soir, des centaines d’étudiants ont à nouveau marché vers l’ambassade israélienne pour dénoncer la situation en Palestine. L’appel a été lancé par les occupants de l’ULB et de la VUB après qu’un étudiant de la VUB a dû subir une intervention chirurgicale après avoir été touché au visage par un canon à eau dans la nuit de mardi à mercredi.

VOIR AUSSI | Manifestation à l’ambassade d’Israël: plainte en vue contre Boris Dilliès, celui-ci juge “légal” le recours à la force

 VOIR AUSSI | Gaza : une manifestation devant l’ambassade d’Israël mardi soir réprimée par la police

Les étudiants dénoncent le manque d’action du gouvernement belge pour condamner les actes de violence israéliens en Palestine. Le bombardement d’un centre de déplacés à Rafah a particulièrement fait réagir.

Mercredi soir, les manifestants sont passés à l’action devant l’ambassade d’Israël et ont bloqué le carrefour qui y mène. Vers 19h30, la police a de nouveau déployé des canons à eau et tiré des grenades lacrymogènes pour les disperser. De nombreux manifestants se sont enfuis dans les ruelles vers les quartiers adjacents de Matongé, de la Toison d’Or et du quartier européen.

 VOIR AUSSI | Amnesty International demande une enquête après la dispersion de la manifestation devant l’ambassade d’Israël

La police ne pouvait pas confirmer le nombre de participants au rassemblement, mais Belga a constaté sur place que des centaines de personnes étaient présentes.

Un groupe de 250 à 300 personne a en outre temporairement bloqué les tunnels Vleurgat et Louise, mais la situation est revenue à la normale, selon la police.

Nous sommes ici aujourd’hui parce que nous trouvons scandaleux qu’un de nos camarades étudiant a dû être emmené à l’hôpital hier après une manifestation pacifique contre le génocide israélien en Palestine“, a déclaré l’un des occupants du Palestine Solidarity Network de la VUB. “La police a réagi de manière absurde et agressive, c’est pourquoi nous sommes à nouveau ici aujourd’hui.”

Le bourgmestre d’Uccle a répété que, comme la veille, il s’agissait à nouveau d’une manifestation illégale non sollicitée. Alors que la police a été caillassée, il a été décidé d’avoir recours aux canons à eau et au gaz lacrymogène, a commenté le mayeur.

 

◼︎ Explications de Camille Paillaud dans Bonjour Bruxelles

Belga – Photos : Belga

Partager l'article

30 mai 2024 - 07h04
Modifié le 30 mai 2024 - 17h15