Un centre d’excellence en radiothéranostique inauguré à l’Institut Bordet : de quoi s’agit-il ?

Le lieu a été inauguré cette semaine, au sein de l’Institut Jules Bordet à Anderlecht.

Alors que l’hôpital a dévoilé, voilà quelques mois, ses nouvelles infrastructures sur le campus Erasme à Anderlecht, l’Institut Jules Bordet, spécialisé dans le traitement du cancer, a inauguré cette semaine un Centre d’Excellence en Radiothéranostique : il s’agit d’une “forme innovante et encore peu connue de thérapie médicamenteuse ciblée pour le cancer. Le mécanisme d’action de cette nouvelle thérapie anticancéreuse est unique et s’inscrit parfaitement dans le paradigme de l’oncologie de précision”, indique le service de presse de l’Institut, qui explique que la radiothéranostique est une sorte de fusion entre le diagnostic moléculaire et la thérapie radionucléide.

► Reportage | L’Institut Jules Bordet s’installe à Anderlecht, avec un concentré de technologie à disposition des patients (23/11/2021)

Ainsi, cette nouvelle forme de thérapie utilise des traceurs, sous forme de petites molécules, de peptides ou d’anticorps, spécifiques à la tumeur à traiter, auxquels est couplé un isotope radioactif. Un traitement qui vient donc s’ajouter aux autres solutions comme la chimiothérapie ou la radiothérapie.

Grâce au nouveau bâtiment abritant l’Institut Bordet

L’ouverture de ce nouveau centre a été rendu possible par la construction du nouveau bâtiment abritant l’hôpital, “qui offre la possibilité de nouvelles infrastructures et l’accueil de nouveaux équipements de pointe, mais aussi grâce au soutien de l’Association Jules Bordet“, indique l’Institut.

Parmi les nouveaux équipements, il s’agit notamment d’un laboratoire spécifique ainsi que des caméras dédiées à ce traitement, dont une présente uniquement dans cinq hôpitaux dans le monde, mais aussi cinq chambres d’hospitalisation d’isolement pour les patients en cours de traitement. “Ces chambres métaboliques nous permettent de traiter des patients avec des nouvelles thérapies radioactives, et nous avons aussi l’infrastructure dans les sous-sol du bâtiment pour faire toutes les imageries diagnostic avant traitement. Ces cinq chambres métaboliques sont spécifiques parce qu’elles sont équipées pour recueillir notamment tous les produits radioactifs qui sont excrétés par les patients“, explique ainsi Géraldine Gebhart, physicienne nucléaire à l’Institut Jules Bordet, dans une vidéo partagée samedi par le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS).


ArBr – Photo : Facebook / Institut Jules Bordet

Partager l'article

30 avril 2022 - 18h50
Modifié le 30 avril 2022 - 18h50