Olivier Vandecasteele ouvre le débat sur le manque de protection des humanitaires

Pour la journée mondiale de l’Aide Humanitaire, l’attention est portée sur le manque de protection des humanitaires. L’année 2022 ayant été la plus meurtrière pour les travailleurs : au moins 439 attaques et 115 morts, selon d’Aid Worker Security Database.

À l’occasion, Olivier Vandecasteele, travailleur humanitaire retenu en otage 455 jours en Iran, vient de lancer le débat avec une carte blanche, sur le manque de protection des humanitaires et l’impunité des auteurs d’attaques contre eux. En effet, les acteurs de l’humanitaire ou de la santé sont de plus en plus exposés à des attaques et travaillent dans des conditions de plus en plus difficiles.

Trois organisations (Handicap International, Médecins du Monde et Action contre la faim) souhaitent que des financements leur soient alloués afin d’assurer plus de sécurité ainsi que de meilleures conditions de santé. De plus, ils demandent aux États que le droit international humanitaire et les principes humanitaires soient appliqués et respectés.

Ca.Pa. /image : Belga