Mobivax reprendra la vaccination des personnes sans-abri et sans-papiers vendredi

L’annonce hier du décès en Belgique d’une jeune femme de moins de 40 ans ayant reçu le vaccin de Johnson & Johnson avait conduit l’équipe mobile de vaccination Mobivax à suspendre ses interventions pour les populations sans-abri et sans-papiers. La vaccination des plus de 41 ans reprendra ce vendredi, annoncent ce jeudi les quatre associations en charge du programme dans un communiqué. 

Après avoir suspendu par précaution hier le programme, les associations en charge de Mobivax annoncent donc la reprise de la vaccination, avec le vaccin de Johnson & Johnson, conformément aux conclusions rendues par la conférence interministérielle santé publique (CIM) de mercredi : “Celle-ci préconise de maintenir l’utilisation de ce vaccin pour la vaccination de groupes précaires. Cette population inclut de manière générale les personnes qui ne bénéficient pas d’un accès aux centres de vaccination, tels que les personnes sans abri, migrantes et sans papiers. ”

Hier, suite à l’annonce du décès de la jeune femme, la conférence interministérielle a décidé de demander l’avis de l’agence européenne des médicaments (EMA) et, par précaution, a décidé de ne plus administrer provisoirement ce vaccin aux personnes en dessous de 41 ans, avant finalement de lever la suspension et donner son feu vert, tout comme la Cocom.

Revoir : Vaccination : une équipe mobile sur le terrain pour vacciner les personnes sans-abri

Mais les associations demandent aux autorités d’ouvrir l’accès des centres de vaccination à tous l’ensemble des public bruxellois. “La décision de redémarrer la campagne de vaccination intervient parce qu’il n’existe à ce jour aucune autre alternative au vaccin Johnson & Johnson pour protéger du virus les nombreuses personnes sans papiers. Celles-ci n’ont en effet pas la possibilité de se faire vacciner dans un centre de vaccination, dont l’accès est conditionné par la détention d’un numéro de registre national. Nos associations demandent la mise en place rapide d’un accès inconditionnel aux centres de vaccination pour l’ensemble des publics vivant sur le territoire, indépendamment de leur statut administratif, mais aussi de mettre à disposition de Mobivax d’autres vaccins que le J&J. Aujourd’hui, nous souhaitons que les populations concernées soient considérées de manière équitable et sans différence de traitement.”, demandent les quatre associations.

Photo : Albert Masia/MSF

►Reportage de B. Denuit et S. Rondeau

 

Partager l'article

27 mai 2021 - 16h48
Modifié le 27 mai 2021 - 19h51