Mauvaise qualité de l’air dans les écoles bruxelloises

Pendant un an, des mesures de dioxyde d’azote ont été réalisées sur 67 écoles et deux crèches bruxelloises. Sans exception, leur taux dépasse du double, voire du triple les recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La recommandation de l’OMS en matière de dioxyde d’azote (NO2) est de 10 µg/m3 par an en moyenne. Cependant, dans les écoles, ce taux est largement dépassé. Pourtant, le taux de l’OMS n’est pas le même que la limite européenne. Pour cette dernière, il ne faut pas dépasser les 40 microgrammes par m3. Ainsi, selon cette limite, la qualité de l’air des écoles et des crèches est dans la moyenne.

Néanmoins, pour les chercheurs d’air qui collaborent avec Bruxelles Environnement, il faut se rapprocher des données de l’OMS. D’après la Cellule Interrégionale de l’Environnement (CELINE), le dioxyde d’azote a causé la mort de 323 Bruxellois en 2018. De plus, cette pollution peut entraîner des maladies respiratoires et cardio-vasculaires. 

Pour le ministre bruxellois de la Transition climatique, de l’environnement et de la santé, Alain Maron (Ecolo), il faut redoubler d’efforts afin d’améliorer la qualité de l’air au quotidien. Il ajoute que “des mesures ambitieuses seront prises pour mieux protéger la santé des Bruxellois“.

■ Reportage de Thomas Dufrane, Anna Lawan et Pierre Delmée

 

Partager l'article

10 février 2022 - 18h20
Modifié le 10 février 2022 - 18h28