Le Syndicat des Locataires veut prolonger le moratoire sur les expulsions domicilaires

Le gouvernement bruxellois doit prolonger le moratoire des expulsions domiciliaires jusqu’à la fin de la pandémie, a affirmé mardi le Syndicat des Locataires.

Selon celui-ci, chaque année, 600 familles de locataires sont expulsées de leur logement à Bruxelles, un chiffre lié d’après lui, à la paupérisation constante des Bruxellois et à l’augmentation permanente des loyers. Le Syndicat des Locataires estime que “cette tragédie annuelle va exploser à cause du Covid“, des milliers de personnes ayant perdu tout ou partie de leur source de revenu et se trouvant dans impossibilité de payer leur loyer.

Depuis le 17 mars dernier, le gouvernement bruxellois a interdit, par des mesures successives, les expulsions domiciliaires jusqu’au 15 janvier prochain, à l’exception de celles justifiées par un péril grave et imminent pour la sécurité publique. Le loyer reste toutefois dû pendant la période temporaire d’interdiction des expulsions. “Alors que le gouvernement fédéral nous demande de rester confinés jusqu’au 1er février au minimum, les expulsions domiciliaires pourront reprendre mi-janvier. Cette possibilité entrainerait la mise à la rue de familles entières pendant une crise sanitaire et sociale comme nous n’en avons plus connue depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette possibilité est d’autant plus catastrophique et cruelle qu’il n’y plus une seule place dans les centres d’hébergement“, a souligné mardi soir le secrétaire général du Syndicat des Locataires, José Garcia.

Nous demandons instamment, au gouvernement bruxellois qu’il continue de prendre ses responsabilités en prolongeant le moratoire jusqu’à la fin de la pandémie. Nous demandons également que les locataires ayant perdu tout ou partie de leur revenu puissent auto-réduire leurs loyers de 25%“, a-t-il ajouté.

Source/Image : Belga

Partager l'article

13 janvier 2021 - 06h43
Modifié le 13 janvier 2021 - 06h46