Le bien-être animal : 7 personnes sur 10 soutiennent l’imposition d’un étourdissement avant l’abattage

Chat Chaton - Illustration Refuge Animaux Schaerbeek - BX1

Suite à un sondage lancé en Région-bruxelloise, 71% des sondés souhaitent une obligation d’étourdissement des animaux et 85% veulent élargir cette pratique aux crustacés.

Le ministre bruxellois du Bien-être animal, Bernard Clerfayt (DéFI), désire modifier les lois autour de la protection des animaux et surtout lors des derniers instants de leur vie. Cependant, avant de les faire évoluer, la population bruxelloise a été interrogée. Lors de cette campagne de consultation citoyenne, 2.135 personnes ont répondu.

Outre l’abattage avec étourdissement, d’autres éléments autour du bien-être animal étaient dans le questionnaire. Les Bruxellois ont pu donner leur avis sur l’autorisation ou non d’animaux exotiques chez soi ; la stérilisation des chats, chiens, lapins, pigeons…

Pour 80% des sondés, les sanctions actuelles en matière de protection animale sont insuffisantes. Pour diminuer la maltraitance, certains répondants ont proposé d’imposer aux propriétaires coupables de maltraitance des “travaux d’intérêt animalier”.

Grâce à cette campagne, le gouvernement va pouvoir commencer à élaborer un Code bruxellois sur le bien-être animal. Pour Bernard Clerfayt, c’est le début d’une réforme pour les conditions des animaux : « La consultation populaire, mais aussi celle des secteurs en lien avec le bien-être animal permettra de faire naître un Code bruxellois du bien-être animal équilibré. D’autant que ce Code constituera la plus grande réforme menée en matière de bien-être animal ».

Ca.Pa. /Image : BX1

 

Partager l'article

10 février 2022 - 09h06
Modifié le 10 février 2022 - 10h03