Faut-il interdire la vente de foie gras par gavage ? Gaia le demande à Bernard Clerfayt

L’association s’est adressée au ministre bruxellois du bien-être animal.

Chaque année, à la période des fêtes de fin d’année, la question refait l’actualité : faut-il interdire le foie gras obtenu par gavage ? C’est en tout cas un combat que mène depuis longtemps l’association de défense du bien-être animal Gaia. L’organisation s’est adressée ce dimanche aux ministres bruxellois et flamand du Bien-être animal, Bernard Clerfayt (DéFI) et Ben Weyts (N-VA) pour leur demander d’interdire la vente de foie gras wallon, et de tout foie gras obtenu par gavage.

► Aujourd’hui | Festoyer dans le respect de l’environnement, est-ce possible ? (18/12/2017)

Trop, c’est trop ! Il faut absolument empêcher ces produits issus de torture d’animaux !“, commente notamment Michel Vandenbosch, président de Gaia.

Si la pratique du gavage est déjà interdite en Région bruxelloise et en Flandre, la commercialisation du foie gras ne l’est pas. “Les gouvernements de la Région de Bruxelles-Capitale et la Flandre doivent désormais oser aller plus loin et prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme à la vente de foie gras de torture“, indique Michel Vandenbosch.

► Article | Le gavage des animaux est désormais interdit en Région bruxelloise (14/07/2017)

Une proposition d’ordonnance a d’ailleurs été déposée en ce sens au Parlement bruxellois, en décembre 2019, par les députés Victoria Austraet (indépendante, ex-Dier Animal) et Ariane de Lobkowicz (DéFI), proposition désormais renvoyée depuis juin en commission environnement.

Des images dénonçant des pratiques en Wallonie

L’appel de Gaia aux ministres bruxellois et flamand fait notamment suite à la diffusion, jeudi, d’images montrant les pratiques de certains producteurs de foie gras wallons, où l’on pouvait constater de la maltraitance animal et l’insalubrité de certains lieux.

Derrière le label “artisanal” et le “respect de la production traditionnelle” invoqué par les éleveurs wallons se cache quelque chose de bien différent de ce que les gens imaginent“, estime Gaia, qui pointe aussi la responsabilité des supermarchés qui continuent à commercialiser ces produits.

► Article | Le faux gras, une alternative au foie gras en augmentation de vente (13/12/2018)

Suite à la diffusion de ces images, une enquête a été réclamée par la ministre wallonne du Bien-être animal, Céline Tellier (Ecolo).

 

ArBr avec Belga – Photos : Belga (illustration d’archives)

Partager l'article

19 décembre 2021 - 12h53
Modifié le 19 décembre 2021 - 12h54