Des travailleuses photographiées à leur insu par leurs collègues masculins à la Stib

Les faits sont pris très au sérieux par la ministre de la Mobilité.

Interpellée ce mardi en commission Mobilité par la députée MR Latifa Aït Baala, la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) a qualifié de “faits très très graves”, les comportements sexistes rapportés au sein de la Stib. Des collaboratrices de la société de transports en commun bruxellois auraient  en effet été photographiées à leur insu par leur collègues masculins.

La STIB a été informée que des collaboratrices se plaignent de photographies d’elles qui auraient été prises par des collègues alors qu’elles dormaient en salle de repos et postées ensuite sur les réseaux sociaux“, a expliqué la ministre.

S’agissant de groupes fermés“, poursuit la mandataire Groen, “il est difficile pour la STIB d’évaluer l’ampleur du phénomène qu’elle considère, bien entendu, comme étant totalement inacceptable. Les faits remontés étant des plaintes indirectes non formalisées, la Stib n’a malheureusement pas de réels moyens d’action sans plus d’information si ce n’est d’encourager les victimes à désigner les coupables et à porter plainte pour cyberharcèlement auprès de la police.

“Des faits quasi du quotidien”

Selon la Stib, ces faits remontent à un an. Mais selon Latifa Aït Baala, ce phénomène serait beaucoup plus global. “Ces faits ne remontent pas à un an. Ce sont des faits quasi du quotidien“, pointe-t-elle au micro de BX1. “On sait que dans les transports publics, les femmes qui travaillent font régulièrement l’objet de remarques sexistes“. Ces dernières révélations sont cependant des “faits particulièrement graves”, estime la députée. Celle-ci regrette que les femmes n’aient pas porté plainte. “Je pense malheureusement que dans ce genre de situation, si on a pas l’écoute de ses responsables, il y a la crainte d’être pointé du doigt“.

En mars 2021, la Stib a lancé en interne une campagne pour lutter contre le sexisme et le harcèlement envers les femmes, qu’il s’agisse de travailleuses de la Stib ou d’usagères de transports en commun.

► À lire aussi | Des travailleuses de la Stib mènent une action contre le harcèlement genré au dépôt Jacques Brel

■  Interview de la députée MR Latifa Aït Baala au micro de Vanessa Lhuillier dans le 12h30

 

Partager l'article

19 janvier 2022 - 14h03
Modifié le 19 janvier 2022 - 15h10