Plusieurs associations dont l’UCM et Unizo s’inquiètent du projet commercial autour de NEO

Le projet NEO, qui prévoit le réaménagement d’une partie du plateau du Heysel, continue de susciter des crispations, notamment concernant l’espace commercial annoncé.

La Plate-forme interrégionale pour une économie durable, qui regroupe Inter-Environnement Bruxelles, le Bond Beter Leefmilieu, le BRAL, l’UCM, l’Unizo et le syndicat ACV-CSC, a indiqué dans un communiqué commun avec l’ARAU, le Comité Triangle Houba-Sobieski-Heysel et Tout Autre Chose Laeken son opposition au projet commercial autour de NEO. Le dossier NEO prévoit le réaménagement complet d’une partie du plateau du Heysel, avec notamment près de 590 logements, la construction d’une école et d’une crèche, un parking souterrain, un parc sportif ainsi que des commerces.

Dans ce communiqué, les associations s’indignent notamment des 72.000 m² de surfaces commerciales prévues au sein du projet NEO. “À l’heure de la déconvenue du jeune centre commercial Docks Bruxsel qui accuse le départ d’une vingtaine d’enseignes, la Ville et la Région bruxelloise s’entêtent à vouloir faire rentrer au chausse-pied ces surfaces commerciales sur le plateau du Heysel”, lancent-elles.

Lire aussi : Le gouvernement flamand rend un avis négatif sur le projet Neo

Les associations estiment également que toute la transparence n’a pas été faite sur ce dossier et que ce réaménagement doit passer par d’autres enquêtes publiques et débats avec les riverains. “On nous annonce aussi qu’il n’y aura pas de nouvelle enquête publique bien que la situation du plateau du Heysel a fortement évolué depuis l’enquête précédente dès lors que le projet de stade sur le parking C a été abandonné et que la rénovation du stade Roi Baudouin est envisagée. La société civile devrait pouvoir se prononcer à partir des nouvelles études (en espérant qu’elles existent) et de la nouvelle situation”, ajoutent les auteurs de ce communiqué, qui souhaitent notamment que le projet soit revu et communiqué de manière plus transparente avec le public. Ils demandent également qu’aucun permis ne soit délivré de la part de la Région, aussi longtemps que le Conseil d’État n’aura pas rendu de décision sur la base légale du projet.

“Un équipement collectif”

Du côté du cabinet du bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS), porteur du projet, on réplique qu’il n’est pas juste de comparer Docks Bruxsel et NEO. “Ce projet consiste en une réhabilitation de tout un quartier. L’objectif est de proposer sur le Heysel un équipement collectif, et non pas seulement une surface commerciale”, explique la porte-parole du bourgmestre. “En outre, le projet NEO a été pensé et discuté avec les riverains. Le dossier a évolué grâce à ces réunions avec les citoyens. Il propose des logements, une école, une crèche, un parc sportif…”

Lire aussi : Les projets NEO 1 et NEO 2 devraient être terminés d’ici 2023

Le cabinet du bourgmestre rejette également toute opacité. “La Région et la Ville ont annoncé toutes les étapes de ce projet en toute transparence”, explique-t-on. “Philippe Close et Rudi Vervoort ont toujours parlé de ce projet, même lors des dernières élections”.

La porte-parole ajoute que l’abandon du projet de stade national sur le parking C ou la rénovation possible du stade Roi Baudouin ne changent rien au projet NEO. “Ce sont d’autres problématiques”, estime-t-elle.

Gr.I. – Photo : NEO

Partager l'article

16 juillet 2019 - 14h49