Le nombre de radiations a presque triplé à la Ville de Bruxelles

courtois_belga2Le nombre de radiations du registre de la population a presque triplé en deux ans à la Ville de Bruxelles, mais le délai légal fixé dans un arrêté royal de 2008 est respecté, a affirmé lundi en début de soirée le premier échevin MR de la Ville, Alain Courtois, en charge notamment du service de la population.

M. Courtois (MR) était interrogé par Fabian Maingain (DeFI) et Johan Van den Driessche (N-VA) sur des informations diffusées lundi par un quotidien néerlandophone citant un représentant syndical des policiers et faisant état d’un délai long de plusieurs mois et parfois jusqu’à un an avant que l’administration de la Ville ne soit en mesure de prendre une décision. D’après l’échevin, le nombre de radiations est passé de 1.691 en 2014 à 3.844 l’an dernier (2.455 l’an dernier), ce qui implique un allourdissement de la tâche pour le service concerné. Cela étant, a souligné en substance M. Courtois, on doit distinguer les cas des personnes liées au terrorisme et pour lesquels la radiation est prononcée immédiatement, à savoir « au collège échevinal, dès la semaine suivante », des autres pour lesquelles, globalement, le délai est de « maximum trois mois », conformément au prescrit de l’arrêté royal de 2008 qui prévoit un délai de 6 mois. Le premier échevin n’a pas nié que la situation était plus compliquée à gérer qu’auparavant, en raison du nombre sensiblement plus élevé du nombre de radiations. « Cela ne me dérange pas qu’il y ait un certain retard car cela veut dire que le contrôle est fait avec sérieux », a souligné M. Courtois. Celui-ci a ajouté que plusieurs réunions avaient été organisées pour renforcer les effectifs affectés à cette tâche et la formation requise des candidats qui ne peuvent être mis en service immédiatement. Mais la Ville demande aussi de l’aide du fédéral dans le contexte du plan canal, a-t-il dit à l’attention du ministre de l’Intérieur, Jan Jambon. (Belga)

Partager l'article

22 mai 2017 - 20h15