Découvrez   

Schaerbeek : une association veut sauver une ancienne locomotive prévue pour le rond-point de Docks

Une association de passionnés de chemins de fer se désole de la décision de la SNCB de transformer une ancienne locomotive diesel en œuvre d’art pour faire la promotion du musée Train World, près de la gare de Schaerbeek, développe La Capitale dans son édition de ce vendredi.

Que va devenir la locomotive diesel 5204 de la SNCB ? Rebaptisée “gros nez” pour sa forme caractéristique, cette locomotive commandée en 1954 par la SNCB est actuellement installée dans des ateliers de l’entreprise publique à Salzinnes et devrait bientôt atterrir à Schaerbeek, sur le rond-point menant au Docks pour faire la promotion du musée Train World tout proche. Cette locomotive ne sera toutefois pas laissée intacte sur le rond-point : la SNCB a en effet proposé au scénographe belge François Schuiten et au sculpteur français Pierre Matter d’imaginer une œuvre d’art autour de ce véhicule particulier, qui ne sera pas conservé dans son état d’origine.

Cette décision fâche l’association PFT (Patrimoine ferroviaire et tourisme) : “Le projet actuel est de la découper pour en faire une œuvre d’art avant-gardiste. Or, il ne reste que 2 exemplaires de cette série, dont un à la SNCB mais la 5204 est la dernière dont la cabine n’a pas été transformée”, explique le représentant de l’association Philippe Touwaide dans La Capitale.

Thierry Denuit, en charge de Train World et du patrimoine historique de la SNCB réplique : “Notre exemplaire encore actif n’est pas rigoureusement le même, mais nous avons un cadre. L’avis de la commission préservation concernant cette locomotive était que, vu son état et le fait que nous possédons un autre exemplaire très proche, elle pouvait tout à fait être revalorisée en œuvre d’art et ne serait de toute manière pas intégrée à nos collections”.

Thierry Denuit précise encore que la SNCB a déjà reçu un soutien de la Région bruxelloise et compte faire appel à un crowdfunding et à des partenariats pour mener le projet à terme, avec l’espoir de poser la première pierre de cette oeuvre historique et artistique d’ici 2021, “pour fêter le 175e anniversaire de la liaison entre Paris et Bruxelles, première ligne de chemin de fer à relier deux capitales”.

Gr.I. – Photo : illustration Belga/Virginie Lefour

Partager l'article

03 janvier 2020 - 08h40
Modifié le 03 janvier 2020 - 08h40