Découvrez   

Schaerbeek : le jardin citoyen de la rue Devreese a été enlevé par la commune

Depuis février dernier, un couple de Schaerbeekois a installé devant l’entrée de leur garage un jardin dans un grand bac en bois, ouvert aux autres riverains, sur la rue Godefroid Devreese. Ce jardin a toutefois disparu dans la nuit de mardi à mercredi, rapportent ses propriétaires : la commune de Schaerbeek a en effet procédé à son retrait durant la nuit.

Le 23 février dernier, Xavier Damman et sa compagne Leen Schelfhout ont aménagé un jardin d’un nouveau type sur la route, devant l’entrée de leur garage sur la rue Godefroid Devreese. Un bac avec des plantes, des fleurs et des légumes, un gazon synthétique et un petit banc permettaient ainsi de retrouver un espace vert particulier dans le quartier. Ce jardin, nommé “Citizen Garden” et bénéficiant de son propre compte Twitter, était en outre ouvert à tous les riverains. Et il a fait le tour du monde avec des articles racontant le destin de ce jardin en Espagne et en Russie.

Le projet bénéficie également d’une plateforme de soutien sur le site OpenCollective, sur lequel Xavier Damman précise : “Si les lois autorisent les personnes à seulement utiliser l’espace public pour les voitures privées et n’autorisent pas les personnes à utiliser cet espace pour la communauté, alors les lois doivent changer”.

Car ce jardin citoyen est considéré comme une privatisation de l’espace public et une entrave à la circulation selon les autorités schaerbeekoises. Des agents de quartier sont ainsi venus au domicile de Xavier Damman et Leen Schelfhout les 17 avril et 23 mai derniers pour demander le retrait de ce petit espace. La commune exige ainsi le retrait de ce jardin, arguant qu’un espace de parking dans la rue ne pouvait être réservé “avec des objets divers”. Et ce même si le garage empêche tout autre véhicule de se garer sur cet espace. “Il s’agit d’une occupation de l’espace public et nous ne pouvons laisser une telle installation dans la rue”, explique encore Marc Weber, porte-parole de la bourgmestre de Schaerbeek, Cécile Jodoigne (DéFI).

Pour tenter de calmer le jeu, le couple avait même installé une plaque d’immatriculation sur le bac en bois : “GDN-NO2CO2”. Cela n’a pas suffi : la commune de Schaerbeek a décidé de retirer ce jardin citoyen dans la nuit de mardi à mercredi. “Nous avions prévenu les occupants du bâtiment, nous avions dressé des procès-verbaux et demandé le retrait de ces bacs à fleurs”, confirme Marc Weber, de la commune de Schaerbeek. “S’ils le souhaitent, les propriétaires peuvent venir chercher le matériel confisqué, mais ce ne pourra pas être pour remettre une telle installation devant leur garage”.

“Devant notre propre garage, on ne dérange personne”

“On s’est réveillé ce matin et le jardin était parti. On n’a reçu aucun message, personne n’est venu sonner à la porte, rien. On ne savait même pas qui l’avait fait”, s’étonne Xavier Damman. Il s’interroge sur les motivations de l’autorité communale : “On nous demande à tous de faire des efforts, il y a une urgence climatique, il y a besoin de plus d’espaces verts… On fait quelque chose et puis, l’autorité, parce que les lois anciennes sont encore faites pour les voitures, qui nous dit que c’est l’espace public et qu’il peut seulement être privatisé pour des voitures individuelles et non pour des jardins communautaires. En plus, c’est devant notre propre garage, on ne dérange personne !”

Xavier Damman explique également avoir répondu à chaque courrier de la commune, avec des questions concernant la loi entourant ce type d’installation, mais qu’il n’a jamais reçu de réponse de la part des autorités. “La bourgmestre m’a appelée ce matin, c’est la première fois d’ailleurs, et elle m’a proposée d’installer un box à vélos devant notre garage. On veut bien d’un box mais sur une vraie place de parking !”, réclame-t-il.

Une décision de la bourgmestre

L’échevin du Climat, du Développement durable et de l’Aménagement de l’espace public de Schaerbeek Vincent Vanhalewyn (Ecolo) explique pour sa part que la décision de retirer ce bac vient de la bourgmestre Cécile Jodoigne. “Personnellement, j’aurais espéré qu’on puisse trouver une solution pour légaliser ce bac”, confie-t-il. “La commune a en effet adopté un règlement d’occupation privée de l’espace public, moyennant certaines conditions. Donc j’aurais espéré qu’on puisse trouver une solution pour légaliser une telle installation”.

“Un espace public devant un garage, ce n’est pas un espace privé. Mais malgré cela, je crois que les autorités communales peuvent donner des autorisations d’occupation privée de l’espace public, pour autant que l’ordre public soit respecté”, ajoute l’échevin schaerbeekois. “Je vais en parler au collège communal pour trouver un terrain d’entente”.

Grégory Ienco avec Thomas Dufrane – Photo : Twitter @Citizen_Garden

■ Reportage de Thomas Dufrane, Thierry Duboquet et Besnik Niqki.

Partager l'article

17 juin 2020 - 17h30
Modifié le 18 juin 2020 - 10h14