Schaerbeek : avis favorable sous conditions pour Mediapark

La commune a dû rendre son avis concernant le plan d’aménagement directeur (PAD) pour la zone de Reyers dite Mediapark. Il est favorable mais le collège a tout de même relevé 180 points à modifier. De quoi agacer la Région bruxelloise.

Le PAD est soumis à enquête publique jusqu’au 29 avril mais la commune de Schaerbeek a pris les devants. Ce mercredi soir, elle présentera au conseil communal son avis sur l’aménagement de la zone de 175 hectares du Mediapark pour qu’il soit voté par les conseillers. L’avis est favorable mais certaines parties, et non des moindres, sont à revoir selon le bourgmestre Bernard Clerfayt (DéFi). “Nous sommes évidemment très heureux de l’aménagement de la zone. C’est une demande qui émane de la commune et qui date de nombreuses années. C’est une ambition noble pour ce quartier qui disposera d’infrastructures de qualité mais il ne va pas assez loin. Nous aimerions que cela devienne réellement un écoquartier. Pour le moment, la Région ne pousse pas la réflexion assez loin.”

Pour rappel, la Région prévoit la construction de 2.000 nouveaux logements, des services de proximité comme des écoles, des zones de bureaux dont certaines seront dédiées aux médias ainsi qu’un espace vert de 8 hectares sur la zone de Reyers. En tout, 180 remarques ont été formulées dans l’avis schaerbeekois. La plus importante concerne la densité. “C’est évidemment trop dense. La hauteur est trop importante du côté de l’avenue Jacques Georgin. En réalité, nous voudrions réduire le nombre de logements de 20% mais sans toucher à la proportion de logements publics.” Dans sa note, la commune souhaite un minimum de 15% de logements publics dont 9% de sociaux. “Ce n’est pas notre problème si la Région a acheté trop rapidement et trop cher ce terrain, ajoute Bernard Clerfayt. La densité ne doit dépendre uniquement d’une rentabilité financière du projet. Il faut que cela s’harmonise avec le reste du quartier. Par exemple, du côté de Reyers, la hauteur des bâtiments est trop importante.”

Un espace vert à clarifier

Un parc de 8 hectares est prévu. “C’est très bien mais ce n’est pas très clair, ajoute Bernard Clerfayt. Concernant le parc, on ne parle pas du gestionnaire. S’il reste dans les mains des promoteurs privés, alors nous aurons raté notre objectif de créer un espace public ouvert à tous.” Du côté des espaces verts justement, la commune souhaite une séparation arborée entre les nouveaux sièges sociaux de la VRT et de la RTBF avec les logements. Une étude phytosanitaire doit également être réalisée.

Une mobilité plus douce

Schaerbeek souhaite qu’un tram passe à travers la zone pour mieux desservir les 2.000 logements et la zone de bureaux. Pour le reste des voiries, il faudra aussi déterminer le gestionnaire. “Il n’y a pas de parking prévu en surface ce qui est une bonne chose. Par contre, il est important que les visiteurs puissent stationner. Nous réclamons la création de deux parkings, l’un à l’est et l’autre à l’ouest du site pour le public. Mais attention, cela ne veut pas dire qu’ils doivent être gratuits. Il faudra aussi prévoir des entrées piétons extérieurs pour qu’ils puissent être utilisés tout au long de l’année.”

Des équipements collectifs et des bureaux

Le bourgmestre demande une définition claire d’une entreprise de média car cela n’existe pas dans le code de l’aménagement du territoire bruxellois. “En plus, si les espaces ne se remplissent pas ou plus, il faut qu’ils puissent être transformés en logements.” Enfin, la commune demande d’avoir la gestion de deux parcelles le plus rapidement possibles afin de réaliser des projets scolaires (2 écoles secondaires techniques à spécificité « média » (une francophone et une néerlandophone) et 2 écoles fondamentales (une francophone et une néerlandophone) ainsi qu’une crèche de 48 places.

Vanessa Lhuillier – Photo: Perspectives et Belga/Bruno Fahy

Partager l'article

27 mars 2019 - 14h53