Le partage des données médicales en forte hausse à Bruxelles

Avec 645.000 habitants inscrits, le Réseau Santé Bruxellois de partage des données médicales a multiplié son nombre d’adhérents de 250%, ont affirmé jeudi les ministres bruxellois de la Santé Didier Gosuin (DéFI) et Guy Vanhengel (Open Vld).

Entourés de professionnels et de patients, ceux-ci ont donné jeudi matin, un coup de projecteur sur l’édition 2018 de la semaine de l’e-santé qui aura lieu du 18 au 21 juin. Objectif: convaincre ceux qui n’ont pas encore franchi le pas, de s’inscrire gratuitement et de manière sécurisée sur le site reseausantebruxellois.be.

Les avantages du partage des données médicales sont multiples. Pour le patient, cela permet de limiter les examens inutiles, d’économiser de l’argent et d’en faire économiser à la sécurité sociale. Le médecin peut gagner du temps pour poser un diagnostic et éviter des erreurs, notamment lorsque les patients ne savent pas s’exprimer. Selon les deux ministres, le Réseau Santé Bruxellois (RSB) compte 645.000 Bruxellois inscrits. Au 1er mars 2017, ils étaient 451.071 et 252.292 au 1er février 2016. Parallèlement, on dénombre 9.046 prestataires de soins inscrits sur le Réseau Santé Bruxellois. Tous les hôpitaux y sont connectés. Actuellement, plus de 21 millions de documents sont disponibles dont 4,3 millions sur les 6 derniers mois, et une moyenne de 60.000 consultations de ceux-ci par mois. Enfin, 323.589 dossier santé électroniques résumés ont été publiés depuis le 1er janvier 2015. Ce chiffre était de 126.000 en avril 2017.

La Région bruxelloise a débloqué 4 millions d’euros en 4 ans pour développer l’e-santé dans la capitale. Le Réseau Santé Bruxellois, géré par Abrumet, permet le partage électronique et sécurisé des données de santé du patient. Il relie tous les hôpitaux belges et les médecins entre eux. Le partage des informations électroniques relatives à la santé n’est pas automatique. Le patient ou son représentant légal doit donner son consentement. Un professionnel qui ne serait pas impliqué dans la prise en charge d’un patient ne peut accéder aux données qui le concernent. Il existe quatre options pour s’inscrire au Réseau et partager ses données médicales: via l’application Itsme; via un formulaire pdf; via son médecin généraliste; ou via le service d’admissions des hôpitaux.

Belga

Partager l'article

14 juin 2018 - 13h04