Meurtre au Décathlon d’Anderlecht : l’accusé déclaré coupable d’homicide volontaire et de viol

Après plus de quatre heures de délibération, la cour d’assises de Bruxelles-Capitale délocalisée à Nivelles, qui examine depuis la semaine dernière le dossier du meurtre commis en juin 2016 sur le site du magasin Décathlon d’Anderlecht, a déclaré l’accusé coupable d’homicide volontaire et de viol sur mineur âgé de plus de 16 ans.

Les jurés ont donc répondu oui aux deux questions principales qui leur étaient posées sur la culpabilité. La défense ne contestait pas cette culpabilité. Les débats sur la peine à infliger à G., l’accusé qui était mineur d’âge au moment des faits, auront lieu jeudi.

Si l’accusé a livré plusieurs versions des faits durant l’enquête, il ne contestait pas avoir déshabillé puis violé la victime, âgée de 17 ans et demi, après que celle-ci fut tombée d’un muret situé sur le parking supérieur du Décathlon d’Anderlecht. De même, il avait avoué que par la suite, il avait frappé et étranglé la jeune fille, alors qu’elle était déjà gravement blessée et inconsciente à la suite de cette chute.

L’arrêt sur la culpabilité rendu mercredi indique que l’accusé, au-delà de tout doute raisonnable, a bien commis un homicide volontaire. La motivation mentionne des extraits du rapport d’autopsie précisant que le décès est la conséquence de multiples manoeuvres d’asphyxie alors que vraisemblablement, à la suite de sa chute, la victime avait perdu connaissance. Les jurés soulignent également la détermination dont le prévenu a fait preuve, et reprennent certains passages de ses aveux selon lesquels il ne voulait pas que la victime “s’en sorte”. Les jurés relèvent aussi que G. n’a pas appelé les secours et a choisi de cacher le corps.

En ce qui concerne le viol, l’arrêt mentionne les aveux de l’accusé – il a notamment précisé aux enquêteurs que la victime préférait ne pas avoir de relations sexuelles avec lui -, les substances retrouvées dans le sang de la jeune fille et qui étaient de nature à altérer sa conscience, ainsi que la chute qu’elle avait subie. La cour en conclut que Thaynara n’était pas en état de prononcer le moindre consentement valable. La cour d’assises entendra jeudi matin les réquisitions de l’avocat général ainsi que les plaidoiries de la défense sur la peine à infliger à l’accusé, avant d’entrer à nouveau en délibération.

Belga 

Partager l'article

05 février 2020 - 17h08