Découvrez   

Les aides pour les sans-abris et les transmigrants se structurent

Lit médecins sans frontières Tour et Taxis - Sans-abris - Belga Pool Didier Lebrun

La crise sanitaire actuelle est encore plus problématique pour les personnes sans-abris et les migrants. Le gouvernement bruxellois a débloqué  plus de 7 millions d’euros pour faire face à la demande et a mis sur pied des hébergements pour les personnes diagnostiquées positives.

Depuis le 26 mars dernier, plusieurs mesures ont été prises pour aider le secteur qui travaille avec les personnes migrantes et les sans-abris. Quatre volets ont ainsi été activés.

Tout d’abord, le secteur a pu bénéficier d’un soutien financier avec le maintient des subsides, le report de paiement de certaines charges… Les subventions pour l’hiver ont également été prolongées voire augmentées pour correspondre aux coûts supplémntaires engagés.

Ensuite, l’auberge de jeunesse Jacques Brel est devenu un centre d’accueil sous l’impulsion de Bruss’help. Coordonné par Médecins du Monde, Rolling Douche, Bulle, La Source et le Centre Athéna Centrum et 40 bénévoles, il accueille 90 personnes par jour. Une maraude sanitaire poursuit sa mission. Une aide alimentaire quai des Péniches permet aussi de multiplier les lieux de distribution de nourriture pour éviter les concentrations de personnes. Travailleur de rue a aussi obtenu 350.000 euros supplémentaires.

A ce jour, 726 lits ont été mobilisés dans 10 hôtels, auberges et infrastructures collectives, en étroite collaboration avec la Ville de Bruxelles et les communes de Forest, Saint-Josse, Anderlecht, Molenbeek, Schaerbeek et Saint-Gilles.

Un monitoring médical

260 places ont été créées dans 3 lieux pour permettre d’accueillir les personnes sans abri diagnostiquées covid. Pour le moment, 55 places sont occupés à Tour&Taxis et 7 au Samusocial.

Bruss’Help assure aussi le monitoring des demandes et médical de l’ensemble des structures. Quelque 16 médecins sont actifs pour venir en aide et répondre aux nombreuses questions.

Pour les personnes transmigrantes, la situation est également problématique. Avant la crise, la capacité d’accueil était de 350 places, à la Porte d’Ulysse Les mesures de protection et de distanciation ont amené à la création de 200 places supplémentaires dans deux hôtels, partiellement financées par le fédéral. L’accueil à la porte d’Ulysse est également ouverte en permanence. Les coût de cette capacité d’accueil complémentaire est à ce jour de 765.000 euros dont une partie est prise en charge par le fédéral. Enfin, la distribution de nourriture, qui était organisée dans le Parc Maximilien, est désormais centralisée dans un lieu sécurisé et coordonné, permettant de respecter les nécessaires mesures sanitaires.
“Je souhaite élaborer une stratégie globale et entamer la mise en place de mesures long termes permettant de basculer vers une logique structurelle d’accès au logement pour tous, précise le ministre en charge de l’aide aux personnes, Alain Maron (Ecolo). Je lancerai dans les jours à venir, en étroite collaboration avec la secrétaire d’Etat au Logement, un groupe de travail regroupant experts et opérateurs de terrain dont la mission sera de formuler des recommandations et pistes de solutions concrètes.”

V.Lh. – Photo: Didier Lebrun

Partager l'article

17 avril 2020 - 15h07
Modifié le 17 avril 2020 - 17h52