Découvrez   

La monnaie locale zinne bientôt digitalisée et davantage répandue

La volonté de relancer l’économie locale pourrait bien gonfler les voiles de la zinne. Cette monnaie citoyenne lancée en 2019 touche actuellement 2000 utilisateurs. La Ville vient de voter un double subside pour la soutenir.  

“Au premier trimestre de cette année, la zinne sera digitalisée”, annonçait Nicolas Franka, de l’asbl Financité, il y a quelques jours dans l’émission Autrement sur BX1. Cette numérisation permettra notamment de faciliter le paiement des fournisseurs et la circulation de cette monnaie alternative (une zinne = 1 euro). De quoi donner un coup de fouet au projet issu d’un processus participatif.

Emission magazine – Autrement : du local dans votre portefeuille

Besoin de démarcheurs

Au niveau local, le conseil communal de la Ville de Bruxelles a adopté lundi un double subside porté par les cabinets des échevins Benoit Hellings (Ecolo) et Fabian Maingain (DéFI). Un vote soutenu notamment par l’élu de l’opposition et député bruxellois Geoffroy Coomans de Brachène (MR): “Il est essentiel que les pouvoirs publics soutiennent cette initiative citoyenne afin de lui permettre de prendre une ampleur suffisante, et d’obtenir un effet d’entraînement”.

Concrètement, cette aide de la Ville permettra de payer la cotisation de 25 euros demandée à chaque commerçant car cette somme peut être vue comme un frein pour participer au projet”, explique le cabinet de Benoit Hellings. Mais également de financer trois personnes à temps partiel pour démarcher les commerces sur son territoire, explique Sophie Hubot, administratrice de l’asbl La Zinne. L’ambition est de passer de la quarantaine de prestataires actuels à 500 d’ici la fin de l’année. “Un renfort bienvenu ! Comme c’est un projet citoyen porté par des bénévoles, on manque encore de personnes pour aller à la rencontre des commerçants dans de nombreuses communes. Idéalement, il faudrait 2 à 3 personnes par localité pour avoir une bonne couverture.” Depuis son lancement en 2019, 100.000 zinnes sont utilisées auprès de 180 prestataires, par 2000 personnes. Trop peu encore. “Pour mettre plus de zinnes en circulation, il nous faut plus de notoriété.” 

Outil de relance économique

Et c’est ici que l’aide de la Région est guetté avec intérêt. “Le volet 2 du plan de relance et de redéploiement prévoit un soutien substantiel à la zinne. Les modalités concrètes doivent encore être précisées”, déclarait Barbara Trachte (Ecolo), secrétaire d’Etat en charge de la Transition économique, en octobre dernier. Trois mois après, son cabinet précise qu’un “budget a été dégagé pour effectuer un travail de coordination auprès des différentes communes. Il faut faire le tour des initiatives et besoins locaux pour voir comment la Région peut faire grandir la zinne”, précise le cabinet. Du côté de l’asbl, on ajoute qu’on est “bien en discussion mais que rien n’est encore signé”, précise Sophie Hubot.  

En attendant, une aide plus ponctuelle mais très symbolique : c’est aujourd’hui que l’organisme régional Innoviris remet un prix de 2.000 zinnes à l’auteur d’un mémoire sur l’économie circulaire. Tout un symbole.

ReportageLa monnaie alternative “zinne” séduit de plus en plus de Bruxellois

S.M. – Photo: D.R. 

Partager l'article

12 janvier 2021 - 15h00
Modifié le 12 janvier 2021 - 16h24