Sur BX1 TV Maintenant : "Le 18h"

Françoise De Smedt (PTB) : “On vous demande de voter. Puis, pendant cinq ans, vous n’avez plus rien à dire”

La députée bruxelloise Françoise De Smedt (PTB) a répondu aux questions de Stéphanie Meyer dans l’Interview ce vendredi à 12h45 sur BX1.

C’est la veille des vacances. Pour les députés, c’est une phase de transition. Beaucoup  se préparent à leur rentrée de septembre. Au PTB, il y a 11 élus francophones et néerlandophones au Parlement bruxellois dont 9 nouveaux.

Le parti va donc connaître plusieurs changements. “On est maintenant un groupe reconnu, ce qui n’était pas le cas avant”, se félicite Françoise De Smedt. Cette reconnaissance implique également plus de moyens financiers et le droit de vote en commission. “On va avoir droit à des bureaux aussi au Parlement, ce qu’on n’avait pas précédemment”, note-t-elle.

En même temps, le PTB veut maintenir sa façon de procéder. “Ce qui ne va pas changer, c’est notre manière de travailler sur le terrain  avec les gens. Donc, on relaye leur revendications au sein du Parlement et on revient vers eux pour expliquer ce qui se passe”, ajoute la députée.

Comment former les nouveaux élus?

En tant qu’ancienne députée, elle promet de transmettre l’expérience qu’elle a acquise pendant 5 ans aux nouveaux députés. “Et puis, il y a des formations qui sont organisées directement au niveau du Parlement aussi auxquelles nous allons participer”. 

Un déni de démocratie

Elle approuve la consultation de la société civile par les formateurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais elle veut aller un pas plus loin. “Le déni de démocratie, il est surtout dans le fait que les décisions sont prises un peu en huis-clos au sein des Parlements. On associe justement pas assez les gens de la société civile et les gens de manière générale à la politique. Donc, on vous demande de voter. Puis pendant 5 ans, vous n’avez plus rien à dire. On a des représentants élus. Mais nous, ce qu’on veut c’est que les gens se réapproprient la politique”. 

► Retrouvez l’Interview du lundi au vendredi à 12h45 sur BX1