Classes de neige : la survie du Val d’Uccle (Suisse) menacée

Si les élèves des écoles ucclois profitent des joies de la glisse au Val d’Uccle à Ayer, en Suisse, depuis une cinquantaine d’année, la survie du lieu est menacée par le décret de la gratuité scolaire, révèle jeudi La Capitale.

Le complexe de deux chalets est actuellement financé par une participation financière des parents au voyage de leurs enfants (qui se monte à 595 euros tout compris), ainsi que des subsides communaux. “On envoie environ 700 enfants par an des 5e et 6e primaires pour un voyage de 13 jours, en demandant un prix modéré aux parents d’élèves“, explique ainsi Jérôme Toussaint, administrateur délégué du Val d’Uccle et conseiller communal MR à La Capitale. Un séjour lors duquel les élèves peuvent s’initier aux plaisirs de la montagne, tout en ayant cours dans des salles de classe aménagées dans les chalets.

En raison du décret de la gratuité scolaire adopté en 2019 par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les parents ne peuvent finalement pas débourser plus de 450 euros pour l’ensemble des six années de primaire. Trop peu, pour l’échevine de l’Enseignement, Carine Gol-Lescot (MR) : “On espère que les députés vont un peu réfléchir. On a quelques années pour trouver une solution, mais c’est un fait qui nous inquiète. C’est une question qui se pose : est-ce que les jeunes Ucclois pourront encore partir en classe de dépaysement en Suisse avec ces moyens ? Même si on réduit le séjour d’un jour ou deux, on ne va pas arriver à couvrir tous les frais avec 450 euros. Cela pourrait signifier que les élèves ne pourraient pas connaître d’autres sorties que celle-ci en six ans. On n’a pas encore trouvé de solution miracle“.

Arnaud Bruckner – Photo (illustration) : Belga / N. Lambert

 

Partager l'article

02 janvier 2020 - 11h42