Les Bruxellois “plus ouverts” que les Wallons et les Flamands sur la question de la migration

Les questions autour de la migration posées par le Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-Het Laatste Nieuws-VTM, que ce soit sur le travail du secrétaire d’État Theo Francken (N-VA) ou sur les hébergements de réfugiés, montrent que les avis divergent entre les Bruxellois, les Flamands et les Wallons.

À la question de savoir si Theo Francken est, selon le public “un bon secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration”, 41% des Bruxellois répondent “oui” alors que 44% des Wallons et 70% des Flamands répondent par l’affirmative. Concernant la question sur le renvoi des Soudanais dans leur pays d’origine, les Bruxellois se disent contre à 49%, alors que les Wallons sont 35% à répondre la même chose, et les Flamands à 21%.

Enfin, sur la question “comprenez-vous que les Belges puissent héberger des réfugiés chez eux ?”, 74% des Bruxellois répondent par l’affirmative contre 59% des Wallons et 68% des Flamands. La question semble donc diviser entre les différentes Régions : “Une spécificité bruxelloise semble de plus en plus s’affirmer sur les questions migratoires. Tant sur les renvois de Soudanais que sur les hébergements, les Bruxellois semblent les plus ouverts, davantage que les Flamands, mais aussi que les Wallons”, confirme au quotidien Le Soir le directeur de Myria François De Smet. “Plus on est physiquement proche d’un phénomène, moins on est prisonnier de sa représentation confinée aux médias, et moins on le craint”, avance-t-il comme explication à  cette différence dans les réponses. ”

Gr.I. – Photo : illustration Belga/Nicolas Maeterlinck

Partager l'article

13 mars 2018 - 10h01