Témoignage d’une étudiante de l’ULB : “Un faux Collecto m’a embarquée, kidnappée, blessée et violée”

Une étudiante de l’ULB de 20 ans se serait fait violer samedi soir par un faux chauffeur de Collecto alors qu’elle rentrait d’un baptême estudiantin. Elle témoigne de sa douloureuse expérience sur la page Facebook “ULB Confessions et prévient les autres jeunes de faire attention à eux.

La jeune fille rentrait d’un baptême estudiantin samedi soir au cimetière d’Ixelles. D’après son témoignage, elle était “légèrement” alcoolisée. Un chauffeur s’est arrêté et lui a proposé de la ramener où elle voulait. “Je crois qu’il rode dans le quartier de la Jefke (cimetière d’Ixelles) et qu’il repère les filles trop soûles qui marchent seules. Il s’arrête et se fait passer pour un taxi / Collecto. Il explique qu’il veut bien t’emmener n’importe où”.

Mais il prend une autre route. “Sauf qu’il embarque les filles loin de Bruxelles dans une maison pour les violer.” “Il m’a embarquée, kidnappée, blessée et violée”, témoigne-t-elle.

Elle le décrit comme une personne qui portait “un uniforme de la STIB, typé maghrébin avec un accent, voiture grise type Citroën”.

Dès le lendemain, la jeune fille a averti les autres jeunes de sa douloureuse expérience sur la page Facebook “ULB Confessions” afin que ce le ne se reproduise plus. “On pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres mais c’est pas vrai. Alors prenez soin de vous en rentrant, c’est important”, déclare-t-elle.

En moins de 12h, son témoignage a été partagé plus de 1700 fois et recueilli de très nombreux commentaires. Parmi ceux-ci, certaines étudiantes déclarent avoir connu une expérience similaire au même endroit.

Une plainte déposée

L’étudiante a déposé plainte auprès du parquet de Bruxelles pour viol, confirme à Belga Denis Goeman, porte-parole du parquet bruxellois. La victime a déclaré avoir été violée samedi soir par un homme qui se faisait passer pour un chauffeur de taxi Collecto, aux alentours du campus de la Plaine et du Cimetière d’Ixelles. “Nous avons ordonné qu’un certain nombre d’actes d’investigation soient réalisés pour identifier et repérer le suspect”, a commenté Denis Goeman.

L’ULB appelle ses étudiants à rentrer de préférence en groupe

Contacté par nos soins, Alain Levêque, le vice-recteur aux affaires étudiantes de l’ULB, nous affirme que “si les faits sont confirmés, c’est très grave”. “A l’ULB, des équipes assurent la surveillance au sein du campus. Le gros problème, c’est lorsque les étudiants quittent ces lieux-là”, ajoute-t-il.

L’institution compte renforcer la sensibilisation auprès des étudiants sur l’importance de rentrer en groupe. Elle peut également apporter un soutien psychologique à la victime si elle se présente.

YdK – Photo Google Street View

■ Un reportage de Philippe Jacquemotte et Yannick Vangansbeck

Partager l'article

04 novembre 2019 - 18h00